Le Toubkal, ce massif « alpin » au Sud de Marrakech, ce parcours régulièrement en ski de randonnée durant les mois de janvier et février, si le nord de l’Afrique à reçu quelque centimètres de poudre blanche !

Trois semaines de grand beau temps. Trois groupes et que du bon­heur. Des décou­vertes dans tous les sens du mas­sif… Un ennei­ge­ment bien spé­cial avec des bonnes condi­tions au des­sus de 3000 mètres. Lors de la deuxième semaine, le pas­sage au refuge de Lepiney me démon­tra les pos­si­bi­li­tés de grand, très grand ski, dans un futur proche… Pour l’instant ce sont les images qui parlent ! Voyagez dans ces 10 scènes au file du temps entre les deux groupes.

Ski au Maroc. ambiance bazarjpg

Durant la mon­tée vers le Toubkal.

Ski au Maroc. ski de printemps

Sous le cou­loir des Clochetons

Un court passage à Tachedirt pour constater que mère neige n’est pas plus présente que dans nos Alpes.

De ce fait, nous nous sommes dépla­cés vers le coeur du mas­sif du Toubkal. Une excel­lente déci­sion car nous avons fait du très beau ski dans les cou­loirs des Clochettons ou en tra­ver­sant le som­met du Toubkal. Entre neige pou­dreuse ou de prin­temps, le ski était que pur plai­sirs. Le pre­mier 4000 en ski pour Silvana, Laurence, André, Marco et Catherine. Ce soir nous sommes à Marrakech . Demain avec Silvie et José, je repars vers le refuge Lepiney et ses combes secrètes. Puis une tra­ver­sée sau­vage vers le refuge Neltner nous per­met­tra de skier, une nou­velle fois, le cou­loir des Clochettons. Visiblement nous avons plus de neige au Maroc que dans nos Alpes.

Ski au Maroc. ski de printemps

Je remonte la trace du cou­loir des Clochetons dans les belles condi­tions trou­vées au des­sus de 3000 mètres.

Une troisième et dernier séjour pour cette année.…

Une belle semaine dans la région de Taschdirt. le Toubkal n’était pas loin, mais il n’aura point vu nos spa­tules… Le manque de neige nous à moti­vé à res­ter à Taschdirt. Plaisirs gran­dis­sant de jour en jour avec les décou­vertes des petits cou­loirs et recoins du mas­sif. Logement excep­tion­nel au gîte et repas fes­tifs avec Said. Aucune hombre au tableau, nous étions seuls !

Pas un skieur dans le mas­sif, à part Mohammed, qui nous aura sui­vit les cinq jours. Les condi­tions étaient plus « sèches » que l’année 2008 ou nous avions tour­nés des images. Organisation dif­fé­rente, une mule tous les matins, une heure de marche et les skis pre­naient la relève sur les bas­kets…

Ski au Maroc. toubkal

Les ambiances incroyables du ski dans le désert.

Maxime, le jeune de l’équipe à sui­vit et moti­vé les troupes. Du haut de ses 14 ans il à assu­mé tran­quille­ment les 1500 mètres jour­na­lier et en plus il en rede­mande le bougre. Des jour­nées ryth­mées à : Levé, man­ger, mar­cher, skier, man­ger, re‐manger et dor­mir…

A pars les prières régu­liè­re­ment pro­po­sées vers 5 heures du matin, qui, comme un réveil matin, vous rap­pel qu’il reste 2 heures à dor­mir, aucune tâches au tableau ! Chaud en bas et au gîte, froid et ven­teux aux som­mets.

Cela dis, si il ne neige pas plus, la sai­son sera très courte dans le mas­sif du Toubkal. Ou alors pre­nez de bonne chaus­sure de marche !

Ski au Maroc

Au des­sus de Tachdirt, les grandes pentes s’offrent aux skieurs moti­vés. 1500 mètres de déni­ve­lés régu­liers.