L’arête Tseudet, donnée comme la plus belle manière de sortir au sommet du Mont Vélan, réserve quelques surprises. Sauvage à souhait mais loin d’être solide, cet itinéraire est intéressant…

L’arête Tseudet est don­née, dans cer­tain topos, comme la plus belle voie d’accès au Mont Vélan. Lire ces lignes fait évi­de­ment envie d’aller voir ! Je recherche sur le web d’éventuels ren­sei­gne­ments… Rien ou presque. Et quand Yvan, le gar­dien du refuge du Vélan, me dit qu’il y a en moyenne une cor­dée par sai­son qui réa­lise cette arête nord‐nord‐ouest… ou les topos mentent, ou les condi­tions ont net­te­ment évo­luées sur cet iti­né­raire. Que des bonnes rai­sons pour aller voir ! Avec Yann, sa cliente Sophie, mon client Arnaud et moi avons choi­si d’aller faire un peu d’exploration, plu­tôt que de suivre des traces de cram­pons qui patinent les grandes arêtes des 4000. De plus, dans un des des­crip­tifs lus, il est men­tion­né que l’arête Tseudet vaut bien une belle arête clas­sique d’un des 4000 du coin…

arete-de-tseudet-velan-dent-de-proz-valais-helyum-xavier-carrard-guide-de-montagne-geneve

La des­cente des Dents de Proz se réa­lise du som­met en deux sec­tions. Du som­met (pointe oran­gée) des­cendre sur la plateforme‐bosse à 30 mètres (des­cente expo­sée) puis, par un rap­pel de 40 mètres, rejoindre l’arête. C’est e pas­sage clé de la voie.

Comme pour toute les courses ces temps, on jette un coup d’oeil sur les pré­vi­sions des futurs foyers ora­geux. Verdict pré­dit : mon­tée en refuge sous l’orage et jour­née de course avec une belle marge (orages vers 17h00). Ce fût le contraire ! Orage et pluie à la des­cente.

L’arête Tseudet n’est clai­re­ment pas par­cou­rue et dans tous les cas, même si vous la réa­li­sez deux fois, ce sera jamais la même… Les sec­tions « mou­vantes » de l’arête sont bien réelles. Pour rejoindre l’arête, nous sommes mon­tés au Petit Vélan, du coup ce fût la tra­ver­sée Petit‐Grand Vélan. Du som­met du Petit Vélan, il faut res­ter sur le fil de l’arête qui est facile, jusqu’au col du Tseudet. Une chose est cer­taine : les topos donnent l’accès par ce col, mais il faut juste oublier cette solu­tion sous peine d’être réduit en miette au pied du fan­tôme du gla­cier du Tseudet. Du col, res­tez tou­jours sur l’arête dans les zones les plus solides, pour rejoindre le pas­sage clé de la voie, les Dents de Proz. Les topos décrivent des vires en ver­sant nord qu’il fau­drait uti­li­ser… Bonne chance !

arete-de-tseudet-velan-valais-helyum-xavier-carrard-guide-de-montagne-geneve

La mon­tée à la pre­mière dent de Proz, uti­li­sez le dièdre évident. Derrière la brèche, remon­tez une zone en 3 peu solide et rejoindre le som­met de la seconde dent.

Remontez la pre­mière dent en dia­go­nale sur la droite pour abou­tir à un petit col. De ce col, accé­dez au som­met de la seconde dent en remon­tant 30 mètres en 3 dans un ter­rain peu solide. Du som­met, rejoindre, 30 mètres plus bas, un replat sur l’arête. Descente très expo­sée, dalles en 3. Du replat, un rap­pel de 40 mètres vous per­met de rejoindre le pied de la seconde par­tie de l’itinéraire. Remontez l’éperon rela­ti­ve­ment « mou­vant » en sui­vant le fil puis une légère droite dans le haut. Après cette sec­tion, l’arête devient moins raide et net­te­ment plus com­pacte.

Le rocher noir de la par­tie qui suit est solide et offre de beaux pas­sages. Suivre au mieux le fil jusqu’à l’Aiguille du Vélan. Nous avons croi­sé un ébou­le­ment de l’arête à la base duquel nous pou­vions voir de la glace…. Du per­ma­frost à l’air libre !

arete-de-tseudet-velan-valais-helyum-sophie-getaz-yann-nussbaumer-guide-de-montagne-geneve

Sophie dans la dalle en 3 en dia­go­nale vers la droite.

Dans le sens chro­no­lo­gique, les deux der­niers pas­sages en 3 se déroulent ain­si : le pre­mier sur la droite, une courte dalle en tra­ver­sée ascen­dante et le second sur la gauche, des veines de quartz à remon­ter sur 10 mètres. Puis, on sort au Mont Vélan par une arête de neige et le pla­teau som­mi­tal. Une course com­plète mais réel­le­ment… pas solide ! Sachez que vous met­tez vos pieds dans un ter­rain qui n’est abso­lu­ment pas sta­bi­li­sé, donc sau­vage, ce qui offre du bon aus­si… Descente par la voie nor­male du Mont Vélan. Actuellement le gla­cier est encore agréable, mais il y a de très grosses cre­vasses qui vous font de l’oeil…

Idée de l’horaire pour infor­ma­tion : départ du refuge à 3h30, Petit Vélan 5h15, som­met du Mont Vélan 10h, refuge 13h30, orages 14h15.…

Arnaud et Xavier vous disent cou­cou, avec le Grand Combin en arrière plan !

arete-de-tseudet-velan-valais-helyum-arnaud-genecand-guide-de-montagne-geneve

Arnaud exprime sa soif en sor­tant du pas­sage en 3 dans les veines de quartz. Le som­met n’est pas loin…

Deux jours sau­vages et ori­gi­naux, bien sym­pas à par­ta­ger entre col­lègues et avec des clients si chouettes ! C’est le label Helyum !