J’ai eu la chance de guider, avec mon collègue Sylvain, la première semaine du camp d’alpinisme « La Cordée ». Voici quelques images et impressions.

Depuis sa créa­tion en 1952, La Cordée est une sacré expé­rience de vie pour ses par­ti­ci­pants ! La ver­sion esti­vale de ce camp pour jeunes de 14 à 17 ans dure trois semaine et a lieu deux fois dans l’été. La colo­nie est basée à Évolène, mais toute l’équipe se déplace en mon­tagne en fonc­tion des condi­tions pour pas­ser des nuits en cabane, en bivouac,…

L’objectif de ce camp est tout autant d’apprendre aux jeunes les bases de l’alpinisme et de l’escalade que de leur mon­trer à quel point l’amitié, l’entraide et l’écoute sont des valeurs cen­trales de nos acti­vi­tés alpines. J’ai été par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché par la manière avec laquelle les moni­teurs (pour la plu­part des anciens par­ti­ci­pants) amènent les jeunes à déve­lop­per ces valeurs. Si per­sonne ne porte de corde, on ne va pas grim­per. Si per­sonne porte le sac de celui qui est fati­gué, on ne sera pas tous au som­met. Si per­sonne ne se lève plus tôt que les autres pour pré­pa­rer le petit déjeu­ner… bah y’a pas de petit déjeu­ner !

Cette année, après une pre­mière jour­née d’apprentissage des bases (noeuds, assu­rage en esca­lade,…), nous mon­tons à la cabane des Dix (image du haut), via le Lac des Dix. Une tyro­lienne, un bon sou­per et hop ! au dodo : demain, les guides ont déci­dé qu’on se lève­ra tôt ! Au pro­gramme : la Luette, joli som­met pas trop dif­fi­cile, der­rière la cabane.

Ascension de la Luette (3548m)

La fine équipe au som­met !

Pour cer­tains d’entre eux, c’est la pre­mière expé­rience sur gla­cier… et j’étais spé­cia­le­ment ému de réa­li­ser que ce qui rythme mon quo­ti­dien était, à ce moment-là, un évé­ne­ment extra­or­di­naire dans la vie de ces jeunes. Je rêve de gar­der au quo­ti­dien le même émer­veille­ment que celui que j’ai pu lire dans les regards de cer­tains… Pour l’instant, je crois que ce rêve est réa­li­té !

Retour de la Luette via le fameux Pas de Chèvres !

Pour notre qua­trième jour ensemble, fini de mar­cher ! On a assez don­né ! Place à l’escalade, dans un site extra­or­di­naire : le Sanetsch. On y trouve un cal­caire de rêve, dans un cadre… cor­rect ! C’était bien sym­pa de voir cer­tains grim­peurs de salle grim­per pour la pre­mière fois sur du rocher… et de les voir réa­li­ser que des 6a dal­leux peuvent être bien plus com­plexes que des 7b déver­sants !

Escalde au Sanetsch

Pour ter­mi­ner cette pre­mière semaine, après une super nuit à la belle étoile dans les hauts de Saxon, nous sommes allé faire des longues voies à la Pierre Avoi, vers Verbier. De quoi mettre en pra­tique tout ce que nous avons appris les jours pré­cé­dents. Bravo à toutes et à tous !

Après une jour­née de repos ce dimanche, toute la joyeuse équipe enta­me­ra lun­di la der­nière semaine de cette « Cordée de juillet ». Je leur sou­haite encore plein de joies là-haut et je pen­se­rai bien à eux ! Directeurs, moni­teurs et par­ti­ci­pants : vous faites vivre tout ce qui me plaît en mon­tagne : conti­nuez ain­si !

Pour toute infor­ma­tion com­plé­men­taire, ins­crip­tion ou prise de contact, visi­tez le site de la Cordée : www.cordee.ch