Après la Norvège de l’année passée, cap en Corse pour notre voyage annuel de grimpe avec Sophie. Un peu de Restonica, un peu de Bavella, beaucoup de plaisir !

Après six mois de ski, je crois qu’il était grand temps…! C’est fabu­leux comme chaque fin de sai­son appelle la sui­vante. On a une chance inouïe de ne jamais s’ennuyer dans les Alpes et je crois qu’il est néces­saire de se le rap­pe­ler sou­vent… rien que pour mieux vivre la remon­tée du gla­cier d’Otemma en plein soleil ! Mais je divague. La Corse ! On y grimpe sur un gra­nit répu­té pour ses taf­fo­ni : des gros trous ronds for­mé par l’érosion. D’ailleurs, le mot « taf­fo­ni », plu­riel de « taf­fone », est un mot Corse !

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.Dans les très raides taf­fo­ni d’Amandulina, Vallée de la Restonica.

On com­mence notre séjour dans les Gorges de la Restonica. Cette longue val­lée s’accède par Corte, à une heure et demi de Bastia. Moyennant un vol mati­nal et un loca­tion de voi­ture à l’aéroport, tu peux te réveiller chez toi le matin et grim­per l’après-midi dans la Restonica. On y pas­se­ra quatre jours et, mal­gré une météo deman­dant quelques horaires spé­ciaux (moi qui ne vou­lais jus­te­ment plus me lever à 4h30…), nous avons pu grim­per tous les jours de belles longues voies.

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.Sophie dans la com­plexe L9 (6b excep­tion­nel mais pas don­né!) de « Esmeralda », notre coup de coeur du séjour.

Mention spé­ciale à deux voies de la Restonica : Esmeralda et Amandulina.

Esmeralda est bien longue (450m) et même si quelques vires cassent un peu l’ambiance, chaque lon­gueur (même le 4+, si si!) est excep­tion­nelle ! Fissures, dalles, taf­fo­ni,… Difficile de ne pas s’exclamer tout du long. C’est sans trop de doute la plus belle voie que nous ayons fait durant ce séjour. Nous y rame­nons en prime un sou­ve­nir mar­quant de la des­cente dans le maquis sous la pluie…!

Amandulina est bien plus courte et rem­pli à mer­veille une demi-journée. Nous y avons appré­cié la qua­li­té des lon­gueurs, toutes raides et très sou­te­nues dans le 6a. La pre­mière est d’ailleurs tel­le­ment sou­te­nue qu’elle vaut plu­tôt 6b/6b+ à mon goût !

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.Hum… oui, der­rière c’est un rideau de pluie qui débarque !

S’en suivent quatre jours dans la fameuse région de Bavella. Évidemment que j’avais une voie en tête que je ne vou­lais pas lou­per : Le dos de l’éléphant. Cette voie, ouverte en 1989 avec un mini­mum de moyens, reste, mal­gré un rééqui­pe­ment (déjà rouillé…), une voie bien enga­gée, prin­ci­pa­le­ment dans les mythiques 6a du haut ! Ajoutez à cet équi­pe­ment aéré une petite averse au pied de ces deux fameuses lon­gueurs et vous avez tous les ingré­dients pour une jour­née comme on les aime avec Sophie ! Parce que si jamais… le lichen… ça sèche mal. Assez mal !

Certains qua­li­fient cette voie de « la plus belle voie gra­ni­tique de France ». Mouais. C’est magni­fique certes, mais de là à délo­ger cer­tains monu­ments cha­mo­niards…

Pour l’accès au Dos : la fameuse « cor­niche » décrite dans les topos est en fait une vire. Suivez le che­min très mar­qué du début pour arri­ver au pied d’une falaise qu’on longe sur cette fameuse vire (falaise main gauche, rivière main droite, corde fixes, ne pas prendre le che­min peu mar­qué sur la gauche avant la falaise : ça marche aus­si, mais c’est plus long). Lorsqu’une corde fixe plonge com­plè­te­ment vers la gorge/rivière : conti­nuer tout droit pour accé­der à l’endroit où on tra­verse la rivière. Attention aux dalles qui suivent la tra­ver­sée de la rivière : c’est casse-gueule !

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.Sixième lon­gueur du Dos de l’éléphant. Il faut s’y faire léger !

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.Après la pluie : le brouillard. Mais, éton­ne­ment, à la des­cente c’est moins embê­tant !

Deuxième coup de coeur à Bavella après Le dos de l’éléphant : Le nou­veau monde. Sept lon­gueurs sou­te­nues dans le 6a/b avec un accès aisé (tiens!) et une des­cente à pied. C’est de l’escalade dal­leuse (c’est à dire sur les pieds et sans grandes lignes de fis­sures), mais rela­ti­ve­ment raide pour le style. Les deux der­nières lon­gueurs se font très bien en une (45 mètres). Seul bémol, le relai sur-réaliste de la deuxième lon­gueur (voir mon com­men­taire ci-dessous)!

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.La grande classe de la deuxième lon­gueur du Nouveau monde.

Bravo Sophie pour ta moti­va­tion tou­jours au beau fixe… et mer­ci d’avoir été si atten­tive à l’assurage dans les six et sep­tièmes lon­gueurs du Dos ! Je vous pro­mets qu’elle était concen­trée ! Après deux voyages en terres gra­ni­tiques au bord de la mer, il est peut-être main­te­nant grand temps d’aller goû­ter aux göz­lemes et au cal­caire turc, non?!

Bon été à tous ! Hésitez pas à jeter un coup d’oeil à mon pro­gramme pour l’été et l’hiver à venir !

Yann


Mon petit « Razzie award » de ce séjour corse…

Escalade de longues voie en Corse. Restonica et Bavella. Avec Yann Nussbaumer guide de montagne chez Helyum.Le relai de la deuxième lon­gueur du Nouveau monde a été posé sur le seul objet poten­tiel­le­ment mou­vant de toute la zone : un bloc sou­te­nu par d’autres blocs, eux-même posés sur une dalle lisse et pen­chée ! Ce bloc est certes assez gros, mais le reste de la falaise est si com­pact que je ne com­prends pas du tout la logique des ouvreurs… et encore moins des rééqui­peurs qui y flanquent deux spits tous neufs ! Un relai digne de confiance peut-être uti­li­sé sous les taf­fo­ni de droite, sur une petite vire en bal­con (prise de vue de la pho­to).