Les Tropiques, ouverte en 1991 par Michel Piola et Pascal Strapazzon, ont vécu un lifting il y à peu de temps.

La voie à été tota­le­ment ré-équipée sur des broches et le nombre de points dans cer­taine lon­gueurs à lar­ge­ment évo­lué. La nou­velle « ver­sion » des tro­piques redonne un inté­rêt à cette ligne. Avec ce ré-équipement, cette voie devient, de loin, la plus abor­dable de la Maladière. En plus, vu qu’elle n’a pas reçu autant de pas­sage qu’Indiana Jaune, elle n’est abso­lu­ment pas pati­née.

Antoine, avec qui nous étions au Lofoten en Juin attaque la pre­mière lon­gueur. 5c

Certaine lon­gueur, comme le dièdre en L3 (6a) ou L5 le mur ver­ti­cal en 6c sont vrai­ment à par­cou­rir.
Ni le 6c de L5, ni le 7a de L7 sont obli­ga­toires.

Les Tropiques, dans l’état actuel, devient une belle option pour qui veut découvrir ce genre de longue voie, dans l’ambiance Maladière, version « soft ».

La sor­tie de la très belle 3ème lon­gueur. 6a

Il reste pas­sa­ble­ment de pas­sages sur des vires avec herbes, terre et cailloux, donc un peu d’attention que ces der­niers ne prennent pas for­cé­ment le che­min du vide !
Au pas­sage, nous remer­cions Michel Piola pour son ré-équipement et visi­ble­ment Gilles Bruno pour le finan­ce­ment de ce der­nier.

Xavier dans le 7a abso­lu­ment pas obli­ga­toire de L7

Les Tropiques, du coup, méritent un petit passage si vous voulez grimper tranquille ces prochains jours.

Les Tropiques en chiffres et lettres :
8 lon­gueurs. 7a max / 6a obli­ga­toire. 16 dégaines relais y com­pris. Début Octobre au soleil dès 11h30. Accès par les rap­pels du même nom. La voie sort 50 mètres plus à droite des rap­pels. Retour au départ des rap­pels ( dépôt sac ?! ) en 5 minutes.