Après deux magnifiques journées entre la Grave, le refuge du Promontoire, le Râteau et le Vallon de la Selle, nous voulions grimper en t‑shirt et au soleil avec Sophie ! Chose faite dans l’extraordinaire Éperon Renaud aux Tenailles de Montbrison, au-dessus de Briançon.

C’est raide, c’est beau, c’est une ligne logique, la des­cente est esthé­tique, c’est ni court ni long, c’est au soleil le matin, la vue sur la val­lée de Briançon est splen­dide, l’ap­proche est variée et buco­lique, l’é­qui­pe­ment, sans être abon­dant, est sécu­ri­sant,… Bref, j’ai kif­fé ! Voici une petite pro­po­si­tion de topo ! Il y a cer­tai­ne­ment moyen de faire les lon­gueurs dif­fé­rem­ment, mais voi­ci une manière pos­sible de faire.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Les Tenailles, depuis le che­min ver­doyant !

Matériel tech­nique : 16 dégaines (la fis­sure en 6a en demande beau­coup), un petit jeu de friend jus­qu’au rouge (j’ai uti­li­sé le vert et le vio­let pour des relais, les autres peuvent être utiles pour tirer dans le 6a ou pour limi­ter l’en­ga­ge­ment dans les sec­tions faciles, moins équi­pées ; par­tir sans coin­ceurs ou friends dans ce genre de voie ne me parait pas rai­son­nable : c’est un inter­mé­diaire entre longue voie et ter­rain mon­tagne…), quelques sangles et une corde de 50 mètres (avec la limite men­tion­née pour le der­nier rap­pel… sinon 2 x 50 mètres).

Accès : Du par­king (par­quer au mieux, au plus proche du Torrent de Combe Brune), prendre le sen­tier qui remonte rive gauche, le suivre (il passe rive droite et remonte sur la gauche une combe dans une belle forêt) jus­qu’au moment où il quitte la forêt. Repérer alors des cairns et un bon che­min qui rejoint le pied de la face sud. Longer sur la paroi sur la droite jus­qu’au départ de la voie. Il est pos­sible d’é­vi­ter la pre­mière lon­gueur (mar­quée « Eperon Renaud » en pein­ture rouge), raide et pénible à la « chauffe », en mon­tant en arc-de-cercle de droite à gauche jus­qu’à deux arbres évi­dents depuis l’ap­proche. Relai sur les arbres ou sur un spit (sangle pour­rie des­sus) dou­blable avec un petit friend.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Pour accé­der aux arbres, conti­nuer sur la droite (der­rière Sophie) et reve­nir par une vire ascen­dante sur la gauche.

L1 : Monter en ascen­dance à gauche (spits) pas­ser quelques mètres dans la dièdre et reve­nir sur le fil pour rejoindre un autre magni­fique petit dièdre dans la par­tie du haut. Variante (non tes­tée) droit du des­sus des deux arbres.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
L1 « bis », depuis les arbres qu’on devine à gauche.

L2 : Suivre les spits jus­qu’au bord droit du toit fon­cé puis tirer à droite vers les deux arbres morts. Une fois vers ces deux arbres, mon­ter la petite face peu raide (rocher moyen, pas de spits) jus­qu’à son som­met, relai sur deux spits peu visibles depuis les deux arbres.

L3 : Monter vers l’a­rête, la suivre quelques mètres et tra­ver­ser à gauche, relai sur deux spits, les pieds sur un gros arbre mort.

L4 : Suivre les spits tout droit. Premier relai pos­sible sur un spit et le pin iso­lé (évident) ou alors, comme j’ai fait, conti­nuer une grosse dizaine de mètres et faire relai sur un spit et un friend (le vert). Cela per­met de faire la suite jus­qu’au som­met de la pre­mière tour en une seule lon­gueur.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Le relai de L4.

L5 : Suivre le gou­let puis conti­nuer en très légère ascen­dance à droite, pas­ser un pre­mier relai (spit et pitons reliés) et s’ar­rê­ter au relai chaî­né tout neuf juste sous le bloc som­mi­tal (plus vieux relai sur chaîne un mètre à gauche). Effectuer 25 mètres de rap­pel (au cen­ti­mètre près!) jus­qu’au col.

L6 : Grimper sur la face, cotée 4+… mais vaut un bon 5c à mon goût. Rocher déli­cat. Poursuivre jus­qu’au faîte de la petite arête finale (spit caché au-dessus de celle-ci). Ensuite, soit tra­ver­ser à droite (pen­dule poten­tiel­le­ment désa­gréable pour le second…) vers un relai au pied de l’é­vi­dente fis­sure dia­go­nale (deux spits et un piton), soit aller dans la conti­nui­té de la petite arête vers un relai chaî­né (bon moment et endroit pour man­ger quelque chose!) et faire ensuite une mini lon­gueur de tran­si­tion vers le relai au pied de la fis­sure.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
La fin de L6.

L7 : La fameuse fis­sure… du (très) gros 6a que j’ai trou­vé abso­lu­ment magni­fique, mal­gré la patine ! Équipement rap­pro­ché et pos­si­bi­li­té de rajou­ter des friends dans la fis­sure. Relai sur un spit et deux pitons.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Le haut du 6a… avec le som­met de la pre­mière tour en arrière-plan.

L8 : Poursuivre dans le dièdre à droite du relai (pénible et pati­né) puis conti­nuer au mieux dans du ter­rain facile (mais déli­té) jus­qu’au pied du grand dièdre évident en face nord. Aller vrai­ment au pied de la par­tie la plus raide du dièdre (relai sur un spit, un piton et un friend vio­let).

L9 : Majeure éga­le­ment, comme L7 ! Grand dièdre tech­nique, deman­dant lec­ture et équi­libre… Équipement bien plus éloi­gné que dans L7… cette lon­gueur est donc à mon avis presque la lon­gueur clé de la voie ! Basculer dans la dalle à gauche et faire relai sur deux spits (il y en a même trois).

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
On voit le relai du haut de L8 depuis la splen­dide L9.

L10 : Grimper le sys­tème de fis­sures au-dessus du relai, conti­nuer en ascen­dance à droite vers le fil de l’a­rête, pas­ser deux spits cachés der­rière une facette de l’a­rête (côté nord) et pour­suivre au mieux jus­qu’au som­met. Relais sur le bec­quet du som­met (sangle ou corde)! Longueur de 50 mètres.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Sommet !

Descente : En un rap­pel de 25 mètres, on arrive sur un gros bloc plat duquel il faut encore faire quelques pas de déses­ca­lade pour rejoindre une vire confor­table… Si vous vou­lez assu­rer le coup, pré­voir un rap­pel de 40 mètres qui vous mène­ra direc­te­ment en-bas. Suivre ensuite les cairns, d’a­bord en deux petites mon­tées, et par un iti­né­raire astu­cieux (mais bien alpin, corde courte recom­man­dée…), rejoindre le che­min évident dans le grand pier­rier (visible depuis la voie) qui amène au pied de la face ou, direc­te­ment dans des gra­viers, vers le che­min de la des­cente dans la forêt.

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum
La des­cente, dolo­mi­tique !

Faites des voies historique, c’est trop beau !

Eperon Renaud aux Tenailles de Montbrison avec Yann Nussbaumer guide chez Helyum

Petit rappel : l’équipement et l’entretient des voies d’escalade sont souvent en partie financés par la vente des topos papier… Cette description n’est là que pour vous motiver à visiter ces lieux magiques… et donc à acheter le topo papier 😉 Bonne grimpe !