Le vent annoncé en haute altitude nous dissuade de tenter notre projet en face sud de la Meije. Alors on opte pour un « plan bé » qui s’avèrera devenir rapidement un « plan ha » tellement c’était bien. C’était aussi un petit objectif de longue date : la voie « Happy birthday » à la Croix des Têtes.

Avec Xavier, on se fait depuis quelque temps la com­pé­ti­tion (ami­cale!) de celui qui « coche » le plus de voies du magni­fique topo de Philippe Mussatto « Itinéraires d’un grim­peur gâté »… Avec Mathilde, on com­mence à le connaître par coeur ce topo et « Happy bir­th­day » est en tête de liste de nos envies depuis un moment. Cette semaine, on a plu­sieurs jours devant nous et la météo est idéale (ni trop chaude, ni gla­ciale), alors mal­gré notre manque de forme en esca­lade on se lance. Parce que bon ! Faut se lan­cer des fois.

Petit voyage « à la maison » :

Trop atti­rés par la curio­si­té de visi­ter le refuge Bonnant, on opte pour une ver­sion en deux jours. Premier jour : mon­tée (puis des­cente!) vers le refuge Bonnant. Deuxième jour : la voie et retour. Cela implique de ne prendre que le stricte mini­mum parce que tout ce qu’on amène au refuge doit être his­sé dans la voie. Revenir reprendre des affaires au refuge (et donc redes­cendre et remon­ter la via fer­ra­ta) est une option qui n’emballera per­sonne après une jour­née à la Croix des Têtes… Donc pas de sacs de cou­chage : on mise sur les cou­ver­tures lais­sées au refuge. Ouf, y’en a !

Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Chaque gramme compte. Parce qu’on reste des flemmards !

L’ambiance générale :

Le contraste est fort entre l’ur­ba­ni­sa­tion du fond de la val­lée et la soli­tude et rudesse du mas­sif de la Croix des Têtes. Vous quit­tez la gigan­tesque auto­route de la Maurienne, ses usines et lotis­se­ments, pour accé­der, via des che­mins peu par­cou­rus, une via fer­ra­ta aven­tu­rière et un refuge « roots », à une face de 600 mètres de haut avec des iti­né­raires d’es­ca­lade exi­geants, enga­gés et bien méconnus…

Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Montée au « Passage du Pin Brûlé » en fin de jour­née. Ça y est, c’est sauvage !

Le refuge Bonnant :

On se demande par­fois quelle éner­gie a nour­ri les construc­teurs de cer­taines cabanes en mon­tagne. Loin de tout, pas vrai­ment cru­ciale pour les pro­jets alpins, syl­vi­coles ou de chasse, la cabane Bonnant est là pour être là ! Alors autant lui rendre visite. Prévoyez deux heures pour arri­ver au « Passage du Pin » puis une grosse demi-heure pour rejoindre la cabane. La via fer­ra­ta n’est pas asép­ti­sée mais entre­te­nue par le club alpin de la Maurienne, mer­ci à lui. Ensuite, le che­min dans la forêt est par contre pénible : beau­coup d’arbres tom­bés vous bar­re­rons la route. Dans la cabane, mate­las et cou­ver­tures sont quelque peu souillés par les ron­geurs, chauves-souris et autres locaux du coin ! Pas de gaz utilisable.

Il y a de l’eau qui coule a petit débit dans une vasque située dans le lit de la rivière « Le Bonnant », quelques dizaines de mètre en aval de la der­nière conver­gence de ruis­seaux, au NNE du refuge.

La voie :

Six cent mètres d’es­ca­lade d’une traite, sans une vire et sans aucune lon­gueur plus facile que le reste, c’est rare dans les Alpes ! Six lon­gueurs dans le sep­tième degré, dix lon­gueurs entre 6c et 6c+… et une en 6a ! Soutenu sur 17 lon­gueurs. On a trou­vé les cota­tions sévères, mais on s’é­loigne volon­tiers du débat de « re-cotation » qui est par­fois de mise sur inter­net… Beaucoup de pas sont obli­ga­toires (7a mini­mum… le pre­mier 7b fai­sant réfé­rence en la matière!) mais rien de dan­ge­reux. Normal : y’a aucune vire sur laquelle s’écraser !

Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Le départ de la voie… et la ligne fuyante vers le haut ! Le pre­mier point se trouve juste au-dessus de mon casque. Contrairement aux dires de cer­tains topos, le nom de la voie est très dis­crè­te­ment lisible au départ (pein­ture rouge usée par le temps).
Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
C’est par là-haut qu’­ça s’passe !
Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Le pre­mier 7a… une perle ! Exigeant et bien obli­ga­toire sur le haut. On est d’dans là !

La pre­mière par­tie est en rocher com­pact avec des prises extra­or­di­naires. Ce n’est pas ver­ti­cal, mais pas pour autant « en dalle » comme on a pu entendre. L’escalade y est certes beau­coup sur les pieds, mais vous devrez avoir un bon sens de la lec­ture du rocher pour déni­cher les néces­saires petites prises de main qui jouent sou­vent à cache-cache avec vous. La deuxième par­tie est en rocher moins fou, mais l’am­biance est telle que cela reste « délire ! ».

Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Mathilde dans le 7b du mur du haut… cette fois les avants-bras sont sérieu­se­ment mis à contri­bu­tion : c’est raide !
Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Yann dans la sor­tie de cette même longueur !

Vous l’au­rez com­pris, on a trou­vé vrai­ment la voie magni­fique. Et c’est un euphé­misme… Toutes les lon­gueurs sont en rocher fabu­leux. Toutes sont intenses, du début à la fin. Mis bout à bout sur six cent mètres, c’est quelque chose !

Seul bémol à mon goût sur cette perle d’i­ti­né­raire : l’ou­ver­ture semble avoir été faite du haut… et cela se fait furieu­se­ment sen­tir. Certaines lon­gueurs sont équi­pées « proche », d’autre beau­coup moins. Et pas tous les points sont logiques et aisés à clip­per. Si c’est en effet ouvert du haut, je trouve dom­mage de ne pas sen­tir la beau­té de l’ou­ver­ture en revi­vant les doutes et joies des ouvreurs à trou­ver les prises en allant vers le haut, comme nous…

Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Tant qu’à por­ter un réchaud, autant se faire un café au som­met, non?!

La descente :

Quatorze heures pour pas­ser de la voi­ture au som­met. Une heure et demi pour pas­ser du som­met à la voi­ture ! C’est à la fois pra­tique et frus­trant. Mais c’est à l’i­mage de cette voie : on vient ici pour pas­ser du temps à faire des mou­ve­ments d’es­ca­lade magni­fiques sur du rocher par­fait, dans une ambiance unique et sau­vage. On n’y vient pas pour être efficaces !

Escalade en longue voie dans Happy Birthday à la Croix des Têtes Yann Nussbaumer guide chez Helyum
Le col vers lequel il faut remon­ter pour rejoindre la « voie nor­male » (iti­né­raire expo­sé… la jour­née n’est pas finie!)

En ces fins d’étés où les glaciers ne sont plus en neige et les rochers bougent dans tous les sens, la solution se trouve peut-être dans les préalpes… Vous y trouverez toujours un challenge technique et bien souvent beaucoup de solitude !

Belle grimpe à toutes et tous !