Les alpes sont remplies de course à la journée et la traversée du miroir en est une belle. Une longue journée partagée avec une Sarah toujours enthousiaste.

Le Miroir d’Argentine

Départ de la jour­née sur le par­king de Solalex au des­sus de Gryon, on part avec nos sacs rem­plis pour une longue balade à tra­vers le Miroir. Une course bien équi­pée dans sa glo­ba­li­té mais à ne pas prendre à la légère car c’est une longue course et très peu d’é­chap­pa­toire en cas de mau­vais temps.

Le Lion d’Argentine et Sarah

La marche d’ap­proche est facile et le départ de la voie est évident. L’arête est équi­pée de nom­breux spits et des relais de qua­li­tés. Attention toute fois à une roche bien friable par endroit.

Relai de la deuxième lon­gueur du Lion

L’itinéraire est simple pour le départ, on suit les spits comme une longue voie d’es­ca­lade. Pour la suite, on reste le plus sou­vent sur le fil de l’a­rête en contour­nant cer­taines tours légè­re­ment par la droite ou gauche. Attention à ne pas trop vou­loir s’a­ven­tu­rer sur les flans en herbe qui peuvent être fatale en cas de glis­sade.

Sarah au som­met de son art
Une belle jour­née enso­leillée

La tra­ver­sée de W‑E est com­po­sée de plu­sieurs som­mets. Dans l’ordre on trouve le Lion d’Argentine, la Haute Pointe, le Cheval Blanc et la Haute Corde. Le pas­sage clef de la jour­née est bien sur le rasoir du petit Miroir qui vous offre une belle ambiance.

Le petit Miroir

Une course qui nous aura pris un peu plus de dix heures voiture-voiture tous ça bien sur avec une Sarah rapide et effi­cace. La fin depuis le Cheval Blanc est rapide. On le contourne par son flanc sud et on rejoint les grim­peurs qui sortent des longues voies du miroir en ver­sant nord.

La Haute Corde

La Haute Corde marque la fin de la tra­ver­sée et depuis la, une des­cente d’une petite heure et demi jus­qu’à la voi­ture. Une belle décou­verte pour nous deux que ce soit pour le pay­sage ou la grimpe. Une jour­née bien com­plète comme on les aime. Merci à Sarah qui m’ac­com­pagne dans ces aven­tures et vive­ment la pro­chaine.

Une belle suite d’é­té à tous !

Loïc