Pour profiter pleinement du week-end à rallonge des Genevois, il fallait, cette fois-ci, un peu se creuser la tête. Au nord l’hiver arrive à grand pas, allons voir au sud si Dame Nature serait peut-être plus clémente. Plus clémente, certes, mais vraiment plus au sud.…Il va falloir se diriger vers le dernier grand bastion des Alpes du Sud, le Mont Viso (3841m)

Vendredi soir, le ciel s’ouvre et on devine l’a­rête est qui démarre depuis le haut du névé à gauche et qui rejoint la tour Robert à droite

Gros doute ven­dre­di, lors de la des­cente de l’au­to­route direc­tion Turin, averse qua­si conti­nue et brouillard à cou­per au cou­teau. Rien n’en­ta­me­ra notre moti­va­tion… same­di il fera beau !

Anne et Alex pro­fitent des pre­miers rayons de soleil
Vue mati­nale sur la plaine du Pô

Depuis plu­sieurs années, Anne et Marc choi­sissent cette date du Jeûne gene­vois pour réa­li­ser une belle course et nous laisse libre choix du lieu et du type de course à entre­prendre. Et je dois dire que ce com­pro­mis fonc­tionne très bien car nous avons pu, chaque année, faire un doux mélange entre alpi­nisme et grimpe.

Il n’y aurait pas un peu de gaz, Marc ?

L’arête est du Mont Viso mérite réellement le déplacement. Elle combine deux données qui ne sont pas négligeables. Le soleil tôt le matin (nous on kiffe) et un rocher de très bonne qualité avec quelques passage bien grimpant (on kiffe encore plus). Nous attendrons de l’aube pour démarrer l’arête.

Alex dans les sec­teurs grim­pants

En prime cette année, une douce pel­li­cule de neige s’é­tait posée sur la mon­tagne mais beau­coup moins qu’au nord avec un petit 10 cm. Double récom­pense, superbes pay­sages et une course un poil plus dure qu’à la nor­male avec un peu de mixte neige-caillou.

Et Marco, le gaz aug­mente !

Les Piémontais ont été spécialement généreux avec nous cette fois-ci, ils nous ont réservé l’arête rien que pour nous. Nous avons beaucoup apprécié ce geste.

Côtée AD‑, env 1000m de l’at­taque au som­met, cette course n’est pas à sous-estimer par sa lon­gueur. Compter envi­ron 5h30 pour le som­met et ensuite il fau­dra pen­ser à la des­cente ver­sant sud, qui est, com­ment pourrait-on dire d’une manière res­pec­tueuse, un peu ch.. non un peu longue. Ils ont par contre eu la bonne idée d’in­di­quer la des­cente par un tra­cé jaune. Cela peut deve­nir bien pau­ma­toire en cas de brouillard et les pos­si­bi­li­tés de des­cente semblent mul­tiples depuis le haut.Une fois arri­vé au pied de la voie nor­male, il vous fau­dra remon­ter le col des Sagnettes et redes­cendre la via fer­ra­ta. La course n’est pas encore com­plè­te­ment ter­mi­née.

Sur les vires à gauche de la Tour Robert

Nous avons schin­té la Tour Robert en pas­sant les vires à gauche. Un corde de 30m, 3 friends et 3 dégaines nous ont suf­fit. Itinéraire évident, agré­men­té de marque et cairn. Peu de chance de se perdre.

Refuge Quintino Sella acces­sible en 2h-2h30 depuis Pian del Ré. Bon accueil, gar­dien sym­pa mal­gré le monde (beau­coup de ran­don­neurs).

Retour à 18h à la voi­ture, avec le sou­rire. Bravo Anne et Marc , belle forme après 12h d’ef­fort et belle maî­trise de soi. Retour sur la val­lée d’Aoste pour une jour­née grimpe, dimanche, dans la région d’Arnad. Encore un peu d’é­mo­tion pour nos valeu­reux clients.

Un petit coup de télé­phone à notre col­lègue Loic : tu n’as pas pour un bon plan dodo dans le coin ?

Maison de Noé, Arnad

Une belle sur­prise nous attend avec un lit douillet dans un cadre somp­tueux. Une super chambre d’hôte, la Maison de Noé, dans un petit hameau reta­pé avec beau­coup de goût par un guide. Très bon accueil, et un super petit déjeu­né. Grande classe ! Andréa, si besoin, vous don­ne­ra des infos sur les voies à réa­li­ser dans le coin. A conseiller vive­ment.

Séquence émo­tion pour des nou­veaux grim­peurs. Anne au pre­mier plan et Marc beau­coup plus bas, tous les deux au prise avec Lo Dzerby

Belle fin de sai­son, il y a encore deux ou trois trucs à faire et mer­ci encore à Anne et Marc pour ce beau week-end.

Alex et Philou