C’est avec beaucoup de plaisir, que j’ai pu retourner faire la frête de Saille au Muveran.

Il est vrai que de loin, cela res­semble plu­tôt à un tas de cailloux pas très stable, mais éton­ne­ment, on évo­lue sur près de dix lon­gueurs sur un bon rocher dans une belle ambiance mon­tagne.

Attention, cepen­dant, à tou­jours véri­fier ce que l’on tient dans les mains, l’endroit n’est pas com­plè­te­ment asep­ti­sé.

Le Muveran, frête de Saille avex Max

Depuis la prise d’eau à 1514m sur le chemin de la Corniche, avec un départ matinal, c’est une course qui se réalise bien à la journée. Si toutefois les près de 1600m de dénivellation positive vous rebutent, il est toujours possible de scinder la course en deux et de dormir à la cabane Rambert.

Rééquipée en 2000–2001 par un col­lègue , cette der­nière a été par­tiel­le­ment dés­équi­pée par un autre col­lègue , sur­tout dans les pre­mières lon­gueurs. Et fran­che­ment le dés­équi­pe­ment n’amène pas une réelle plus‐value à la voie. Je n’ai pas com­plè­te­ment cer­né l’intérêt d’enlever un deuxième point à un relai par exemple. Probable « gue­guerre » de clo­cher Vaud‐Valais ? Certains ont par­fois trop de temps à perdre. Peu construc­tif à mon goût. Aurait‐il autant de cou­rage et d’énergie à dés­équi­per l’arête du Hörnli.…..

Le Muveran, frête de Saille avex Max

Max sort de la par­tie raide

Malgré tout, avec quelques friends, cela se pro­tège très bien et la faire en « grosse » reste tou­jours un vrai bon­heur.

Nous étions seuls avec Max sur cette arête, ce qui reste par les temps actuels, un vrai luxe. Topo sur C2C correct avec  mention spéciale pour L5,L9 et L10, ambiance et plaisir garantis. Les longueurs les plus raides et plus grimpantes non pas été à ce jour déséquipées.

Pas ou peu d’équipement sur la par­tie haute et plate de l’arête mais les quelques res­sauts à fran­chir se pro­tègent bien avec quelques friends. La des­cente est signa­lée de points et traits bleu/vert et de nom­breux cairns et suit une sente qui barre la face sud d’ouest en est. Retour sur la cabane Rambert avec une bonne tarte aux pru­neaux assai­son­née de crème, il n’y a pas de mal à se faire du bien !!!!

Le Muveran, frête de Saille avex Max

Même après plu­sieurs répé­ti­tions, tou­jours le même plai­sir

Côté maté­riel, avec une corde de 50m, il est pos­sible de regrou­per L5 et L6 et L7 et L8 moyen­nant un bref par­cours corde tendue.Dix dégaines suf­fisent et un petit jeu de friends jusqu’au numé­ro 1 vous seront utiles. Le choix chaussure/chausson dépen­dra de votre aisance.

Tout comme le Pain de sucre ou la tra­ver­sée des Perrons de Vallorcine, ce type de course est une bonne alter­na­tive par période de séche­resse lorsque les condi­tions en mon­tagne sont moins enga­geantes ou en période autom­nale.

Bonne course