Cinq ascensions magiques dans la Cordillère Blanche, au Pérou. Un mois d’expédition avec quatre clients. Une très belle réussite !

Un mois au Pérou, un pro­jet conçu avec Yves pour son demi‐siècle. Un mois de vie entre 4000 et 6200 mètres. Le Pérou, que je pra­tique depuis 1988 et durant de longues périodes lors de la for­ma­tion des guides de mon­tagne locaux ( 1995 à 2001), est une des­ti­na­tion que j’affectionne par­ti­cu­liè­re­ment.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-escalade-jatuy-machay

Acclimatation avec un jour d’escalade à 4200 mètres.

perou-helyum-guides-de-montagne-yanapacha

Ascension du Yanapacha, som­met d’acclimatation. Vue sur les Huascaran et le Chopicalqui.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-yanapacha-ascension

Sous le som­met du Yanapacha, Jérôme et Angel arrivent avec leurs clients.

Diverses rai­sons en sont la cause, mais celle qui est la plus puis­sante : la pos­si­bi­li­té de modi­fier le pro­gramme en tout temps selon le temps… jus­te­ment ! Une fois de plus cette qua­li­té nous aura sau­vé des eaux…. La pre­mière dizaine pas­sée sous la pluie et dans le brouillard, nous aura per­mis une accli­ma­ta­tion douce mais humide. Pour la seule jour­née de grand beau (ou presque): le Yanapacha, som­met d’acclimatation à 5450 mètres.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-yanapacha-descente

Descente du Yanapacha.

Quelques heures de marche plus tard, après ce pre­mier som­met, nous décou­vrons un camp qui nous obli­ge­ra à taper du bal­lon à plus de 3800 mètres, deux mi‐temps en désa­tu­ra­tion com­plète durant le trek qui nous pose­ra au pied de l’Alpamayo et un tour de manège au « Camp 1 » de l’Alpamayo ! Une ava­lanche peu avant notre pas­sage à la rimaye de ce der­nier nous obli­ge­ra à renon­cer à ce deuxième som­met.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-monte-camp-1-alpamayo

Montée au « Camp 1 » de l’Alpamayo.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-camp-1-alpamayo

Ambiance conte de fée, au camp 1 de l’Alpamayo.

La déci­sion est prise, nous par­tons vers Ischinca et sa val­lée qui pro­pose pas moins de six som­mets entre 5400 et 6200 mètres. De quoi occu­per même les plus « rita­li­nés » du groupe. Dans cette val­lée, nous avons réa­li­sés en neuf jours, pas moins de quatre som­mets, dont deux 6000 mètres. La météo tourne à notre avan­tage, les nuits refroi­dissent un peu, trop peu pour le coin, mais le peu suf­fi­ra à rendre les condi­tions très agréables.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-camp-de-base

Camp de base à Ischinca, la vie s’organise.…

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-tocclaraju.JPG

Le Tocclaraju 6030 mètres, vu du camp de base. Un des som­mets réa­li­sés durant le séjour.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-tocclaraju-jerome-gottofrey

Jérôme passe la rimaye du Tocclaraju, sur­veillé par l’astre lunaire…

Un pas­sage au som­met du Tocclaraju (6035m) pour toute l’équipe. Une nuit épique au camp 1 de ce der­nier, grêle, orage et spa­ghet­ti aux grê­lons, rem­pli­ront les sou­ve­nirs plus que les esto­macs… Une tra­ver­sée magni­fique de l’Ischinca de l’Est à l’Ouest, une belle variante dans la petite face de mixte de l’Urus et une cor­dée dans la magni­fique face Nord du Ranrapalca (6120m), le tout dans le sou­rire, le ciel bleu et les ins­tants de repos aux rythmes « frites, inka‐cola et salade de fruits » ingur­gi­tés en quan­ti­té gar­gan­tuesque….

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-sommet-tocclaraju

Sous le som­met du Tocclaraju, Christian et Jean‐Pierre fou­le­ront le som­met 30 secondes après cette image.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-traversee-ischinaca

Les mêmes lors la tra­ver­sée de l’Ischinca.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-urus-face-sud

Christian suit les traces de Marc et Xavier dans la face sud de l’Urus pen­dant que…

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-ranrapalca-face-nord

… Yves et Jean‐Pierre assurent dans la Face Nord du Ranrapalca, enca­drés part Angel (ronds bleus!).

Les moments de repos auront été gas­tro­no­miques grâce à notre cui­si­nier excep­tion­nel. Un voyage unique avec des réus­sites splen­dides et aucun contre‐temps, ne serait‐ce que quelques nuages humides pour nous rap­pe­ler que la Selva n’est pas bien loin et que El Nino est bien plus grand que nous… Après 8 ans d’absence, je renoue avec les terres andines et j’ai vrai­ment envie de retour­ner dans cette par­tie du monde qui est excep­tion­nelle.

perou-helyum-guides-de-montagne-expedition-campesinos

Juste des excel­lents moments !