Potrero Chico, est un haut lieu de la belle escalade calcaire au Mexique. Non loin de Monterrey, les falaises de Potrero Chico sont à l’abris de la fureur mexicaine, mis à part les week‐end …

Le but, pour les autoch­tones, c’est de venir boire des bières avec ses potes, sa copine ou ses enfants et de mon­trer que dans sa der­nière tuture, les watts sont capables de cra­cher une cum­bia élec­tro­nique et répé­ti­tive, durant des heures ! Les gorges, les fins de semaines, sont ani­mées…. Si vous aimez le calme à tout prix et durant tous les jours de votre périple, pre­nez des jours de repos le week‐end ou allez grim­per ailleurs. Il n’empêche que cer­tains sec­teurs sont vrai­ment à l’abri du rythme inces­sant de cette cum­bia. Cela dit, les locaux (locos) arrivent pas avant 14h00. Avant, vous aurez le temps de pro­fi­ter des uniques palabres du coin : « belay », « on belay » et « off belay » ! Trois infor­ma­tions, sou­vent répé­tées, qui essayent de cou­vrir le bruit du vent mati­nal…

Potrero Chico, Novembre 2018, MexiqueAmbiance de fin de jour­née devant les gorges.

Potrero Chico roc trip 2018. Food truckFin de jour­née, bois­sons et piz­za dans les gorges.

Le Mexique, vu depuis le vieux continent, se résume parfois à la guerre de la poudre blanche. Trop souvent, les images des séries télévisées de ces dernières années nous conditionnent…

Certes, si vous uti­li­sez un peu de pof, ne vous essuyez pas les narines ensuite ! Les patrouilles poli­cières viennent sou­vent boire une bière dans les gorges. Ce serait dom­mage de perdre quelques heures loin de ce rocher unique.

Un cal­caire excep­tion­nel, avec des sec­teurs dans toutes les orien­ta­tions, des longues voies acces­sibles, dures ou très dif­fi­ciles, du rocher gris, jaune ou orange, des lignes qui remontent des colon­nettes ou des murs à réglettes exi­geantes, des sec­tions à trous,… bref, vous trou­vez de tout dans les voies pro­po­sées, y com­pris des cac­tus cachés dans les prises ! Plusieurs sec­teurs de mou­li­nettes demandent 20 à 30 minutes d’approche, ce qui garan­ti une ambiance bien sau­vage. Vous y trou­ve­rez éga­le­ment le départ de quelques longues voies. Mileski Wall fait par­tie de ces lieux retran­chés.

Potrero Chico, Novembre 2018, MexiqueÀ l’ombre dans la magni­fique L6 5.11a / 6b+ de Black Cat Bone, Silvana pro­fite de ce cal­caire par­fait.

Potrero Chico, Novembre 2018, MexiqueÀ la pal­me­rai du der­nier relai de Estrellita, longue voie peu moti­vante, à part son som­met !

Pour loger, il existe plusieurs solutions : cela va de la simple tente à la location d’une chambre ou d’une maison. Vous trouvez tout cela à Potrero Chico même.

Les deux lieux les plus fré­quen­tés sont  La Posada et Homero Ranch. Potrero Chico se trouve à 3 kilo­mètres de la petite ville d’Hidalgo. Vous trou­vez tous les ser­vices à Hidalgo, SAUF une mai­son de change ! Aucune banque ne fera du change si vous n’avez pas un compte chez eux… Changez à Monterrey à l’aéroport.

Potrero Chico, c’est la garan­tie de ne plus tou­cher de voi­ture durant votre séjour. Tous les achats seront pos­sibles les jours de repos, moyen­nant une petite marche vers Hidalgo. Les sec­teurs d’escalade se rejoignent tous à pied. C’est un luxe dans un si grand pays !

Nous y étions en 2010 et nous sommes retour­nés en 2018 ! Les deux séjours durant le mois de novembre. En 2010, nous cher­chions l’ombre et le frais ! Cette année, nous avons eu froid, il nous man­quait quelques couches… Prenez de quoi faire face à 29° ou 5 ° !

Du coup, nous avons eu la chance de pou­voir visi­ter des longues voies irréa­li­sables en 2010. Des sec­teurs qui étaient des four­neaux il y a huit ans se sont révé­lés magiques lors de nos esca­pades au soleil cette année.

Potrero Chico roc trip 2018. British InvasionBritish Invasion, une des plus belles ligne en 5.12a / 7a+ de Outrage Wall.

Potrero Chico, nous adorons ce coin. Certainement que nous retournerons y user nos chaussons…. Voici quelques coups de coeur de ce dernier voyage :

Pancho Villa Rides Again : 5.10c / 6b max / 5 lon­gueurs.

Une belle ligne dans le sec­teur le plus fré­quen­té de Potrero Chico : Mota Wall ! Ce sec­teur est orien­té Sud – Sud Ouest, il chauffe rapi­de­ment. Il y a plu­sieurs longues voies et un nombre impor­tant de mou­li­nettes. L’accès ? 5 minutes… C’est pas dans ce sec­teur que vous aurez l’impression d’être au bout du monde, loin de tout, à l’abri de la cum­bia des gorges…

Black Cat Bone : 5.10d / 6b+ max / 9 lon­gueurs. L6 excep­tion­nelle !

Au centre des gorges, cette ligne ne saute pas au yeux ! Il m’aura fal­lu lire le topo pour com­prendre que sa 6ème lon­gueur à elle seule mérite un petit shoot de cum­bia…

Pitch Black : 5.10d / 6b+ max / 6 lon­gueurs. L2 extra­or­di­naire !

A l’ombre, plein nord, dément par grosse cha­leur. Cette ligne ne voit pas de soleil de la jour­née. Une deuxième lon­gueur excep­tion­nelle. La voie saute aux yeux quand vous tra­ver­sez les gorges et que vous cher­chez les sec­teurs à l’ombre… À faire abso­lu­ment.

Yankee Clipper : 5.12a / 7a+ max / 15 lon­gueurs

Une magni­fique balade de 460 mètres. Entrecoupé d’une vire évi­dente, cette voie est un bon entrai­ne­ment pour un objec­tif plus ambi­tieux comme Time Wave Zéro, voie de 23 lon­gueurs.

Tout comme Black Cat Bone, le soleil frappe le matin dans ce mur. Prenez à boire ! Des cordes à doubles per­mettent un retour plus rapide. Mais, comme dans 98 % des longues voies de Potrero Chico, si vous grim­pez en corde simple de 80 mètres, vous pas­se­rez par­tout !

Voodoo Trance : 5.11c / 6c+ max / 6 lon­gueurs + 3 d’approches dans une autre ligne.

Celle‐ci est au coeur des gorges, mais nous y avons vu une seule cor­dée en trois semaines. Elle est un peu plan­quée et cela la pro­tège bien. Une belle envo­lée. Vous pou­vez évi­ter le pas dur, ce qui ren­dra l’ascension plus homo­gène ( 6b ). C’est la der­nière voie réa­li­sée avant de ren­trer en Europe. Du coup, peut‐être qu’à nos yeux elle n’était pas aus­si belle qu’elle ne l’est vrai­ment !

Potrero Chico roc trip 2018. Voodoo trance XavLe pas­sage en 5.11c / 6c+ de Voodoo Trance, il s’évite par la gauche si jamais !

Un des secteurs les plus colorés sera Outrage Wall. Il renferme quelques bijoux de plusieurs longueurs ou des lignes géniales tracées sur une seule longueur.

Loin des shoots musi­caux, ce sec­teur est pro­té­gé, même d’une fine pluie… Comme pas­sa­ble­ment des ses voi­sins, il s’accède par des sen­tiers, sur les­quels vous pour­riez trou­ver taren­tule, scor­pion, petits ser­pents et gros à très gros cac­tus…. Marchez tou­jours avec un bâton dans les mains ! C’est fou ce que ce mor­ceau de bois est utile sur ces sen­tiers truf­fés de petites bes­tioles qui aiguisent le cris des demoi­selles du coin…

A Outrage Wall nous aimons :

Despachadora de Homitas : 5.11a / 6b‐c

Eternal Fatalist : 5.11c / 6c+

Mothership Connection 1L : 5.11d / 7a

British Invasion : 5.12a / 7a+

Potrero Chico roc trip 2018.Mthership ConnectionLa magie de Mother Connection 5.11d / 7a , dans le sec­teur de Outrage Wall.

Potrero Chico roc trip 2018.Pope on a RopePope on a Rope 5.11d / 7a, à Mileski Wall. Un sec­teur ver­ti­cal à trous…

Un pas­sage en face, dans le sec­teur de Mileski Wall, est aus­si conseillé ! Suivre le sen­tier à la suite de Motta Wall….

Il est net­te­ment moins mar­qué et plus habi­té par les bébêtes du coin, du coup, nous n’y arri­vons pas rapi­de­ment. Bien comp­ter 30 minutes depuis la route ! Mais nous y étions tota­le­ment seuls… Je n’ai pu grim­per que deux lignes, il y fai­sait trop chaud. Mais, « Pope on a Rope » et « Mother super­ior », res­pec­ti­ve­ment 5.11d et 5.12a méritent abso­lu­ment la visite de vos chaus­sons, si vous mon­tez dans ce coin. Prenez à boire….

Potrero Chico roc trip 2018. Ange gardienNe nous deman­dez pas son nom.… Il est res­té avec nous les 3 semaines, je pense que nous l’avons bien nour­ri…

Potrero Chico, Novembre 2018, MexiqueSilvana dans L7 5.10a / 6a de Yankee Clipper. Une jour­née magique.

Vous aurez com­pris que Potrero Chico est immense ! Un site unique avec son ambiance, son rocher, sa météo et ses pro­jets…. Il y en a pour tout le monde !

N’hésitez pas à me joindre si vous avez besoin de ren­sei­gne­ments ou, mieux encore, si vous dési­rez que je vous y emmène !

Aimez la cum­bia, elle vous le ren­dra bien…