Qui n’a jamais entendu parler de la vallée du Yosemite, de El Capitan ou du Nose ? Un haut lieu de l’escalade en fissure et de l’artif (escalade artificielle).

Information au lec­teur : pour moi, écrire un article, c’est aus­si dif­fi­cile que de grim­per en fis­sures pour des grim­peurs de cal­caire. Donc mer­ci de votre indul­gence !

Lors d’un petit séjour grimpe et VTT à Finale avec les copains, Loïc, Alexandre et moi déci­dons d’aller grim­per au Yosemite. Ce parc natio­nal est connu, non pas pour ses bur­gers, mais pour ses big walls : ces murs de gra­nite de presque 1000 mètres de haut. Pour moi ce sera le cin­quième voyage au Yosemite… mais c’est pas pour autant que l’escalade est plus facile. Je savais juste à quelle sauce nous allons nous faire dévo­rer. Pas eux !

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

El Capitan 

Ce n’est pas parce que Alex Honnold et Tommy Caldwell mettent 1 heure 58 minutes pour grim­per les 960m de la mythique voie du Nose que c’est facile et rapide pour les grim­peurs nor­maux. Les cor­dées qui partent pour faire cette voie passent en moyenne 3 nuits dans la face, sachant que c’est la longue voie la plus abor­dable de ce bout de caillou…

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Alex dans Moby Dick, une super fis­sure à la base de El Capitan.

Nous avons déci­dé de faire le voyage au Yosemite pour nous faire plai­sir, nous n’avions aucun pro­jet pré­cis. La pre­mière par­tie du séjour, nous avons uni­que­ment grim­pé des iti­né­raires en libre et à la jour­née.

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Loïc dans la seconde lon­gueur de Serenity Crack. Une des plus belle voie du séjour.

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Loïc dans la sep­tième lon­gueur de Serenity Crack.

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Alex dans la même lon­geur.

Durant notre séjour au pays des Big Wall il nous aurait manqué quelque chose si nous n’avions pas fait une longue voie d’artif dans l’immense face de El Capitan.

Nous nous met­tons d’accord sur notre objec­tif : ce sera Pacific Ocean Wall. Pourquoi cette voie ? J’avais déjà par­cou­ru quelques voies clas­siques de cette falaise et je n’étais jamais allé dans la par­tie la plus raide de la face sud‐est de El Capitan… c’est beau­coup moins clas­sique !

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

L’approche de El Capitan, heu­reu­se­ment c’est pas trop long…

Et oui, comme sou­vent avant ce type d’entreprise il faut faire la mule avec des sacs tou­jours trop lourds. Le gros avan­tage de cette voie c’est que l’approche dure qua­rante minutes. L’inconvénient, c’est qu’il faut por­ter toute l’eau. Comptez trois litres et demi par jour et par per­sonne, heu­reu­se­ment qu’on par­tait seule­ment pour sept jours…

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Loïc se fami­lia­rise, dans L1 de Pacific Ocean Wall, avec cette tech­nique quelque peu dérou­tante qu’est l’artif.

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Jérôme dans L2 de Pacific Ocean Wall. Pourquoi pas en libre ? Parce que c’est trop dur !

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Vu les sou­rires, ça res­semble au bon­heur.

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Nos voi­sins dans South Seas, on est pas les seuls à tirer notre mai­son !

Mais, c’est avec tristesse que, le deuxième matin, nous avons pris la difficile décision de redescendre. Nous n’avançons pas assez vite : seulement 10 longueurs en 3 jours et pas les plus dures ! Le topo disait que, passé le point où nous étions, le retour était très difficile.

Il nous res­tait 17 lon­gueurs pour aller au som­met, allons‐nous êtres capable tech­ni­que­ment, l’avion du retour allait‐il nous attendre ? Nous sommes donc redes­cen­dus. L’immense avan­tage de notre retour c’est qu’on pour­ra aller aux toi­lettes nor­ma­le­ment et qu’on pour­ra aus­si pro­fi­ter de la mal bouffe amé­ri­caine ! Miam un mau­vais bur­ger trop gras… Je pense sin­cè­re­ment que nous retour­ne­rons un jour dans cette voie car le peu de lon­gueurs que nous avons grim­pé étaient vrai­ment magni­fiques.

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Alex dans la neu­vième lon­gueur de Royal Arches

Dans la val­lée de Yosemite il y en a pour plus d’une vie à grim­per, donc après notre aban­don dans Pacific Ocean Wall, nous n’allions pas res­ter là à rien faire. Non, nous ne sommes pas mono‐cellulaires, nous aimons tout sim­ple­ment grim­per, décou­vrir de nou­veaux iti­né­raires et pro­fi­ter un maxi­mum de notre voyage !

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Loïc dans The Enema une super mou­li­nette au sec­teur Cookie Cliff

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Half Dome au fond, la val­lée de Yosemite devant ( pho­to prise depuis le som­met de El Capitan ).

Yosemite 2018 Jérôme Gottofrey guide de montagne chez Helyum

Coucher de soleil sur El Capitan ..

Ces voyages d’escalade sont tou­jours trop courts, au moins on a une excuse pour y retour­ner, hein les copains?! Si vous avez besoin d’infos pour cette des­ti­na­tion, c’est avec plai­sir que je vous ren­seigne.

Maintenant que la neige tombe et que les cas­cades gèlent, pas­sons à d’autre plai­sirs !

Bon hiver à vous tous

Jérôme