Cresta Signal : une envolée de plus de 3400 mètres de dénivelé au départ d’Alagna.

L’arête elle-même fait 1000 mètres de déni­ve­lé entre le bivouac et la sor­tie à la Punta Gnifetti à 4634 mètres.

Les 2400 autres mètres c’est… l’approche ! Une approche réa­li­sable en un seul jour, si vous êtes moti­vés à cou­vrir cette dis­tance ver­ti­cale, sous un soleil de plomb. Ce que j’avais déjà réa­li­sé deux fois. Mais les années passent et l’envie de cou­per la mon­tée au bivouac Resegotti me moti­vait de plus en plus. Chose faite !

Cresta Signal : Barba FerreroBarba Ferrero : sans com­men­taire …

Un stop au refuge Barba Ferrero à 2280 mètres est, dès lors obligatoire !

Un refuge excep­tion­nel pour son accueil, l’énergie qu’Andrea, son gar­dien, déploie pour rece­voir, comme je n’ai jamais vu en 26 ans de métier, est sim­ple­ment unique. Si pour ma pro­chaine Cresta Signal, je pro­po­sais 3 jours d’acclimatation à Barba Ferrero, je ne serais même pas éton­né. Allez impé­ra­ti­ve­ment faire un tour à Barba Ferrero !

Après un repas excep­tion­nel, une nuit des plus calmes, Laure, avec qui nous étions à l’Ama Dablam, Jérome, Nahuel et moi-même, sommes par­tis vers 8h00 du refuge. Alors qu’habituellement je par­cou­rais les 1400 mètres sépa­rant Barba de Resegotti, sous un soleil de plomb et déshy­dra­té, cette fois ci, une mon­tée à la fraîche aura réel­le­ment éco­no­mi­sé toute l’équipe. Une longue après-midi au bivouac à scru­ter les ver­sant de Macugnaga et d’Alagna à la recherche d’itinéraires et autres des­centes en ski réa­li­sables, tel fût notre fin de jour­née. Le bivouac Resegotti, repeint en rouge, est net­te­ment plus visible qu’auparavant. Toujours aus­si confor­table et aus­si bien équi­pé.

Cresta Signal : ResegottiJérome devant le bivouac Resegotti. 3624 mètres.

Nous étions 9 au départ ce matin, pour la Cresta Signal.

Une équipe de 3 jeunes fran­çais, hyper moti­vés pour les longues bam­bées, ont démar­ré devant nous. Une cor­dée ita­lienne fer­mait la marche. Nous avons évo­lué ain­si jusqu’à la tra­ver­sée vers le dièdre en 3 qui se trouve vers 4200 mètres. Au delà de cette par­tie, nous avons pris, sans le vou­loir, les devants. Les condi­tions étaient très bonnes. Neige dure, rocher sec et pra­ti­que­ment pas de chute de pierre. En démar­rant à 4h20, nos deux cor­dées sont sor­ties à 9h30 au refuge Margherita. Une ascen­sion magique dans l’un des plus hauts ver­sants des Alpes. Une ambiance qua­si hima­layenne dès que vos regards plongent sur les val­lées d’Alagna ou de Macugnaga. Une course coté AD qui démontre bien que les cota­tions sont sub­jec­tives… Un AD bien mar­qué, dirons nous !

Cresta Signal Laure diedreLaure dans le dièdre cou­ché en 3 qui contourne la cas­cade.

Cresta Signal NahuelNahuel et Jérome juste avant la tra­ver­sée à gauche de 50 mètres. Excellent empla­ce­ment de pique-nique…

La Cresta Signal est un itinéraire classique et logique. Pensez toujours à l’époque des ouvreurs, ils n’allaient que très rarement chercher les difficultés ! Ils cheminaient de façon à se protéger de tous dangers objectifs.

La Cresta Signal est un voyage alpin !

Du Bivouac, prendre pied sur l’arête, remon­tez cette der­nière jusqu’au pre­mier res­saut, en sui­vant au plus proche l’arête. Le pre­mier res­saut peut être fran­chit par la droite (sys­tème de vires à prendre rela­ti­ve­ment haut dans la face) en 3. Ou remon­tez le cou­loir de gauche, si il est en neige. Ce que nous avons fait en ce 27 juillet. Puis, res­ter au plus proche de l’arête, en uti­li­sant les bandes de neige. Il faut repé­rer une cas­cade de glace qui bouche un cou­loir de neige. 50 mètres avant la cas­cade, tirez à droite dans un dièdre en bon rocher. Rocher orange, dif­fi­cul­té maxi­mum, 3+. Beaucoup de traces de cram­pons sur le rocher, vous confir­me­ront le bon iti­né­raire. Au som­met du dièdre, tra­ver­sez en ascen­dance vers la droite sur 20 mètres maxi­mum, pour rejoindre l’axe d’un cou­loir (45°). Remontez ce der­nier en légère dia­go­nale sur la droite. Sortez en haut du cou­loir. Un bloc avec 2 pitons et une vraie ter­rasse vous confirme le bon pas­sage. Contournez le bloc pas­sez un dièdre de 4 mètres, pour rejoindre une tra­ver­sée sur la gauche. Neige ou gra­vier ! Au bout de cette tra­ver­sée, fran­chir un res­saut de 15 mètres ( 2 pitons ) 3+… ( 4 ). Puis suivre la vire qui part vers l’éperon à gauche. (1 piton ver­sant sud). Remontez les pentes de mixte qui sortent sur l’arête, ter­rain à 50° entre neige et rocher solide. Sortir sur l’arête. Suivre cette der­nière jusqu’au der­nier res­saut. Restez sur le fil, fran­chir un res­saut très raide ( 5 mètres en 3+ ) et sor­tir sur la droite. Une vire en neige et un der­nier « pas » vous laisse rejoindre l’arête de neige et de là, en 20 minutes, la bière et la tarte au fruit du refuge Margherita !

Cresta Signal JéromeJérome à la sor­tie de l’itinéraire. Il est à 22 minutes de la bière et de la tarte.…

2 heures de des­cente pour rejoindre les remon­tées de Punta Indren. Un retour de luxe, après 3 jours de marche !

Topo C2C

Une course à réa­li­ser dès que vous en aurez envie.

Cresta Signal ItinéraireItinéraire vu depuis Barba Ferrero.