Le plaisir que nous avons à guider nos clients et à en faire le récit sur ce site n’est évidemment pas proportionnel à la difficulté technique de l’itinéraire parcouru… En témoigne cette belle et esthétique ascension de l’Alphubel, en traversée. Magnifique !

Nous publions très volon­tiers sur ce site les récits de nos ascen­sions et esca­lades tech­niques… parce que nous vibrons pour ces iti­né­raires ! Mais cela ne doit pas faire de l’ombre au plai­sir que nous avons à emme­ner nos clients et amis sur des par­cours plus faciles.

Avec Sabine, nous avions envie de par­cou­rir un iti­né­raire pas trop tech­nique, mais étions intran­si­geants sur un point qui me tient sou­vent à coeur : faire une tra­ver­sée. Parce que redes­cendre d’une mon­tagne par un iti­né­raire dif­fé­rent de la mon­tée ajoute de l’in­te­rêt et de l’es­thé­tique à notre pas­sage là-haut… On choi­sit alors ensemble l’Alphubel.

En alpinisme comme à ski, cette envie de parcourir les montagnes en traversée est une des « Helyum touch »…

Mes potes et col­lègues Xavier et Arthur étaient éga­le­ment à l’Alphubel il y a quelques jours. Ils ont d’ailleurs fait une belle vidéo de leur ascen­sion de la Rotgrat.

Eisnase et voie normal à l'Alphubel
Arrivée à la cabane après une courte mais magni­fique mon­tée avec le Weisshorn en arrière-plan…

La tra­ver­sée de l’Alphubel per­met de pas­ser de la val­lée de Zermatt à celle de Saas Fee et donc de pas­ser d’un monde à un autre ! Depuis la Täschhütte, l’as­cen­sion est longue, mais tech­ni­que­ment facile.

Heureusement, en montagne, l’intérêt d’un itinéraire se mesure encore par le plaisir qu’on a de le parcourir et non pas par sa difficulté pure…

Eisnase et voie normal à l'Alphubel
Le jour se lève, on vient de s’en­cor­der pour mettre pied sur le glacier.
Eisnase et voie normal à l'Alphubel
Arrivée à l’Alphubeljoch.

De l’Alphubeljoch, deux options se pré­sentent à l’al­pi­niste : rejoindre la voie nor­male par une tra­ver­sée en direc­tion du nord ou mon­ter direc­te­ment l’a­rête sud-est. Avec Sabine, le choix était vite fait : la neige du début de semaine pas­sée a par­fai­te­ment recou­vert la par­tie raide de l’a­rête (l’Eisnase) et toutes le cor­dées se dirigent vers la voie nor­male. On sera donc seuls !

Cette arête de l’Eisnase est une arête de neige peu dif­fi­cile mais par­fois un peu raide. Idéale pour par­faire sa tech­nique de cramponnage !

Eisnase et voie normal à l'Alphubel
Sur l’a­rête sud-est, un peu avant la par­tie un peu plus raide de l’Eisnase.
Eisnase et voie normale à l'Alphubel avec Yann Nussbaumer Guide de montagne chez Helyum
Sommet ! Bravo Sabine !

Une fois au som­met, on redes­cen­dra par la voie nor­male en direc­tion de Langfluh. C’est un par­cours gla­ciaire magni­fique, aux cre­vasses impres­sion­nantes mais sai­ne­ment bou­chées cette année. Nos genoux nous remer­cient de choi­sir cette option : dès 2800 mètres, la des­cente à Saas Fee se fait en télécabine !

Eisnase et voie normal à l'Alphubel
La des­cente vers Langfluh. Toujours facile tech­ni­que­ment… mais tou­jours aus­si beau et plaisant !

Cette ascension est idéale pour toute personne en bonne forme physique désirant vivre une belle expérience en altitude. Les guides d’Helyum vous y emmènent avec joie !