Le Nollen au Mönch, une fois de plus la saison estivale se pimente d’une superbe course avec Bernard et son double Didier ( remplaçant de dernière minute ). Didier, de bonne constitution, n’a jamais voulu voir le topo, histoire de savourer pleinement la surprise que nous lui avions programmé.

Les bonnes condi­tions per­durent et le pro­jet d’aller au Nollen était dans nos têtes depuis pas mal de temps, je dirais même depuis plu­sieurs années. Mais allier dates pro­gram­mées et bonnes condi­tions demandent par­fois beau­coup de patience. Rien de grave, Bernard nous apprend à chaque sor­tie » l’art » d’acquérir de la patience ! Ouarf, ouarf, ouarf.…

Face nord du Monch. Le Nollen est l'arête de droite

Le Nollen est le pro­fil de l’arête de droite, avec le pas­sage du sérac cen­tral.

Les par­ti­ci­pants à notre der­nière expé­di­tion au Mac Kinley, regrou­pés, nous nous retrou­vons le lun­di matin pour un départ depuis Eigergleitscher pour la Guggihutte en 1h40. Dopés par le plat de rös­ti ava­lé un peu plus tôt. Belle mon­tée à la cabane, un vrai ascen­seur. La Guggihütte est un beau nid d’aigle, per­ché sur un rognon rocheux d’ou l’on savoure la face ouest de l’Eiger et la face nord de la Jungfrau. Petit hom­mage au gar­dien qui mal­gré un gar­dien­nage tem­po­raire ( uni­que­ment le we) main­tient un très bon niveau d’acceuil de sa cabane qui est vrai­ment très agréable.

Mardi, lever à 3h00, petit dej à la fron­tale et départ à 3h50. Les 350 pre­miers mètres se grimpent tran­quille­ment le long d’une sente escar­pée qui ser­pente entre des dalles encore un peu humide de l’orage de la veille. Sente bien mar­quée par une mul­ti­tude de cairns. A la sor­tie du pre­mier tron­çon, nous aper­ce­vons deux cor­dées qui ont bivoua­qué. Au vue des grê­lons qui sont tom­bés dans la soi­rée, cer­tains ont du dor­mir avec le casque sur la tête et un mor­ceau de cuivre plan­té dans le … et dans la terre pour bra­ver la foudre. Courage ou incons­cience ?

Face nord du Monch, montée au refuge

Philippe et Didier dans la mon­tée à Guggihütte

La montée jusqu’au pied du Nollen est vraiment aisée car les nombreux passages précédents nous ont laissés une belle traces.

Arrivés à la base du Nollen, la glace appa­rait et nous ferons 4 longues lon­gueurs en glace dans une belle ambiance de face nord. Bernard sif­flote der­rière et Didier savoure ses pre­miers pas en glace dure. Même pas peur !!!

A la sor­tie du Nollen, petit encas et départ rapide pour la suite. La deuxième par­tie de l’itinéraire demande encore pas mal de concen­tra­tion car les dif­fi­cul­tés ne sont pas bien dures mais la pente reste encore bien raide et sou­te­nue.

Face nord du Monch, sortie au sommet

Philippe et Didier sur l’arête som­mi­tale.

9h30 au som­met, soit 5h30 pour réa­li­ser la tota­li­té de l’itinéraire ( D, 1300m, 4 lon­gueurs en glaces 60–65°), les rös­tis de la veille avait un effet retard!!!!

Très bel iti­né­raire, varié alliant par­tie dérou­lante et tech­nique dans un cadre gran­diose. Merci encore à Bernard et Ddier de nous avoir fait confiance dans le choix de la course et d’avoir tou­jours mis une super ambiance tout au long de ces deux jour­nées.

Bonne suite à tous et à bien­tôt