Un peu à la dernière minute, Alex et Yann réalisent qu’ils ont des jours de libres en commun. S’en suit quatre jours d’escalade de longues voies entre amis, avec à la clef une ascension qu’ils lorgnent depuis plusieurs années : « Caminando » aux Wenden, dans les Alpes bernoises. Les voilà bien heureux ! Petit récit jour après jour par les protagonistes.

Mise en jambes : « Brown Sugar » aux Perrons de Vallorcine.

Encore une superbe voie aux Perrons ! Son auteur, Michel Piola, n’a plus rien à prou­ver en matière de qua­li­té des lignes qu’il ouvre. L’équipement y est par­fait, par­fois éloi­gné dans les sec­tions plus faciles, mais rien de méchant. Nous avons tous deux trou­vé les cota­tions bien gen­tilles… c’est bon pour le moral ! Perrons de Vallorcine, Brown Sugar : 7a max., 6c oblig., 340m.

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumDans L5 (6c+) de Brown Sugar. On revien­dra avec des coin­ceurs pour faire la ligne cen­trale en fis­sure !

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumComme il s’la raconte l’autre ! Sympa les des­centes de début d’été.

Test grandeur nature : « Bons baisers de Sibérie » à la Rote Fluh.

Même ouvreur (Michel Piola)… vingt ans plus tôt. Comme quoi tout le monde évo­lue ! Les point d’assurage sont loin, très loin les uns des autres… et les cota­tions sont sèches, bien sèches. Mais quelle ligne ! Un tra­cé de génie sur un cal­caire aus­si agres­sif qu’extraordinaire ! Rothorn de Matten (Rote Fluh), Bons bai­sers de Sibérie : 7a+ max., 6c oblig. (mini­mum!), 220m.

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumAlex dans la troi­sième lon­gueur de « Bons bai­sers de Sibérie » (7a+). Le cal­caire de la Rote Fluh est… « com­plé­te­ment malade », comme on dit !

La déception : « Sigrif » à Hintisberg.

Il en fal­lait une pour retom­ber sur terre. Nous choi­sis­sons une petite ligne sur la falaise d’Hintisberg, en route vers notre bivouac aux Wenden. Nous ne nous attar­de­rons pas sur cette voie : la ligne zig-zague, le rocher est moyen, les lon­gueurs sont courtes. Voilà quoi ! Allez hop, on monte aux Wenden ! Hintisberg, Sigrif : 7a max., 6b oblig., 180m.

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumBon… c’est pas tous les jours la voie du siècle… Alex, ça le fait mar­rer !

Le rêve accompli : « Caminando » au Reissend Nollen, Wendenstöcke.

Comme ça c’est dit dere­chef : cette voie est la plus belle voie cal­caire que nous ayons jamais faite jusque là. Sans hési­ta­tion. Quelle ligne, quelle lon­gueur, quelle qua­li­té de rocher, quelle ambiance ! Nous en rêvons depuis plu­sieurs années, mais beau­coup de fac­teurs doivent se com­bi­ner pour y pas­ser une belle jour­née : une météo très stable, un par­te­naire moti­vé, une cer­taine forme en esca­lade et une tête prête à « enga­ger » au-dessus des points d’assurage… Cette jour­née, tout était réuni.

Caminando a la répu­ta­tion d’être une voie sérieuse à l’équipement mini­ma­liste et donc où le grim­peur prend des risques. Même si, en effet, l’équipement est exi­geant et demande de grim­per des mou­ve­ment de 6c au-dessus des points, nous n’avons pas du tout trou­vé la voie dan­ge­reuse ou expo­sée. Tous les mou­ve­ments durs sont pro­té­gés et aucun retour au sol n’est pos­sible. C’est à nou­veau une ouver­ture de grande classe. Il y a trente ans ! M. Ochsner est un grand mon­sieur.

Wendenstöcke, Reissend Nollen, Caminando : 7a+ max., 6c oblig., 500m. Quelques infos qui peuvent être utiles aux chan­ceux qui iront par­cou­rir cette ligne pro­chai­ne­ment :

  • La route qui mène à Wendenalp n’est plus payante (l’appareil est cas­sé) et il y a de l’eau par­tout proche du par­king.
  • Pour l’approche : suivre le che­min peu mar­qué qui monte en dia­go­nale en direc­tion du Reissend Nollen depuis les cha­lets de Wendenalp. Ne pas suivre la route gou­dron­née. Au niveau d’un gros bloc posé au som­met d’une petit col­line (visible depuis le par­king): remon­ter le pier­rier de gauche et prendre pied sur la croupe rive gauche de la rivière de droite (c’est évident quand vous y serez!), il y a une sente bien mar­queé qui mène au pied du Vorbau puis vers les res­sauts menant au pied de la voie. Départ com­mun avec « Dingo » (mar­qué en rouge).
  • Nous avions : 14 dégaines ; les C4 (BlackDiamond) jaune, rouge et gris ; le C3 (BlackDiamond) « 00 » et un petit jeu de coin­ceurs. C’était top ! Ne pas prendre moins de friends. Nous avons his­sé un petit sac avec bois­sons, nour­ri­ture et habits : cela s’y prête très bien.
  • Pour la des­cente : en rap­pels jusqu’à R10 puis suivre la corde fixe jusqu’au bout de la vire. De là : faire les rap­pels évi­dents dans l’axe jusqu’au pied de la voie (plus ou moins dans la ligne de « Millenium»). Ensuite, com­men­cer la des­cente à pied (idem que la mon­tée) et, juste après avoir pas­sé la corde fixe, tirer à gauche dans le sens de la des­cente pour rejoindre le relai som­mi­tal de « Spasspartout ». En trois rap­pels de 50m, des­cendre au pied du Vorbau. Cette option per­met de ne pas s’exposer l’après-midi sous le grand cou­loir à gauche du Reissend Nollen (chutes de pierres fré­quentes).

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumBivouac para­di­siaque à Wendenalp. En comp­tant 2 heures d’approche, 7 à 10 heures d’escalade et 2 heures de retour, le cal­cul est vite fait : il faut se lever tôt.

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumLe mythe ins­crit quelques mètres au-dessus du départ de la voie. Plus que 500 mètres !

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumYann dans le départ de la sixième lon­gueur (6b+). Nous sommes en plein dedans, c’est l’éclate !

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumToujours L6… nous com­men­çons à nous faire à ce rocher ultra-adhérent !

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumLa déli­rante sep­tième lon­gueur (7a+), connue sous le nom de « Mur des lamen­ta­tions ». Le nom n’est pas volé ! Du rocher et des mou­ve­ments pareils, c’est hors du com­mun…

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumLa deuxième par­tie de la voie est moins sou­te­nue… mais les points d’assurage s’éloignent et l’ambiance se creuse tant c’est raide ! Ici en dou­zième lon­gueur (5c).

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumTreizième lon­gueur !

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumMerci M. Ochsner pour ce chef d’oeuvre de voie ! C’est émou­vant de voir son écri­ture d’il y a trente ans dans un petit livre fixé au milieu de la voie…

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumDes rap­pels de des­cente dans une ambiance de fou !

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumAux Wenden, même quand ils annoncent grand beau et stable, il y a tou­jours un petit orage qui pointe le bout de son nez en fin de jour­née ! Pour nous ce sera juste quelques gouttes en arri­vant à la voi­ture, ouf. En cas de pluie, la des­cente dans les cailloux puis les pentes her­beuses très raides peut s’avérer extrê­me­ment dan­ge­reuse.

Escalade de longues voies aux Perrons, à la Rote Fluh et aux Wenden avec Alexandre Gal et Yann Nussbaumer guides chez HelyumLe tra­cé approxi­ma­tif de Caminando. Les quatre pre­mières lon­gueurs sont cachées par le Vorbau en pre­mier plan.

Ces escalades, en plus de nous avoir ravies, nous ouvrent les portes vers d’autres idées pour les temps à venir… Trop classe !

Bon été à tous !

Alex et Yann