Pendant cinq jours nous avons voyagé entre le massif du Trient et celui des Mischabel. Le groupe de quatre amis Laurine, Sophie, Henri et Jérémie ont découvert les beautés des Alpes valaisannes tout en repoussant quelques fois leur limite.

Henri, Jérémie,Laurine et Sophie

Ce périple a com­men­cé en juin de l’année pas­sée lorsque la même équipe s’est retrou­vée pour l’ascension du Grand Paradis. C’est alors que je leur ai par­lé de la tra­ver­sée du Mont Rose en été. Quelques mois plus tard le pro­gramme était vali­dé et juste après les dates blo­quées.

Mais le mois de juin très ora­geux de cette année nous a obli­gé de chan­ger nos plans. Trop de neige fraiche et pas assez de cabanes ouvertes ont été les causes de notre chan­ge­ment. Un bref échange de mes­sage avec ma fine équipe et nous voi­là par­tis quand même : ils veulent juste être en mon­tagne et pas­ser du bon temps !

Cabane d’Orny

Premier jour, on monte tran­quille­ment à la cabane d’Orny. Une belle sur­prise pour moi, car à la cabane je vois Patricia et Raymond, les anciens gar­diens et amis de la famille depuis long­temps. Leur fils Yannick a repris les reines mais de temps à autres ses parents reviennent sur­veiller leur cabane où ils ont tra­vaillé dur pen­dant trente‐deux longues années.

Lever de soleil en par­tant pour l’aiguille du Tour

Le jour qui suit, nous mon­tons à l’Aiguille du Tour, 3540m, qui est la clas­sique de la région mais qui reste une belle course avec un magni­fique pano­ra­ma du Mont Blanc aux Alpes ber­noises. On rentre le soir dor­mir à la mai­son pour repar­tir le len­de­main à Saas Fee.

Sommet du Weissmies

Depuis les ins­tal­la­tions de Saas Gründ, nous gra­vis­sons le Weissmies, 4017m, à la jour­née. Conditions par­faites avec une belle pause pique‐nique au som­met avec un soleil res­plen­dis­sant.

Nous dor­mons le soir même à Saas Gründ et le len­de­main nous rejoi­gnons la cabane Mischabel qui n’est pas juste un simple sen­tier pédestre. La mon­tée se fait par une arête qui est équi­pée de câbles et d’échelles mais ça per­met à Henri et Jérémie de pou­voir pra­ti­quer la corde courte en toute sécu­ri­té.

Montée à la Mischabelhütte

Mischabelhütte

Le der­nier jour, la fatigue se fait sen­tir un peu mais nous par­tons quand même à 4h du matin dans la brume en direc­tion du Nadelhorn.

Mer de brouillard sur la val­lée

La course s’arrêtera un peu avant le som­met mais sans aucune ran­cune. Nous pro­fi­tons d’un magni­fique lever de soleil avant de redes­cendre à la cabane et ensuite à Saas Fee.

Les majes­tueuses faces nord de la Lenzspitze et du Nadelhorn

Dupond et Dupont dans la des­cente du Windjoch

Ces cinq jours ont été juste top à mon goût ! J’ai eu la chance d’être accom­pa­gné par une belle bande tou­jours moti­vée et sou­riante. Je me réjouis déjà de repas­ser du temps avec vous les copains !

Un énorme mer­ci à la cabane d’Orny pour son accueil cha­leu­reux ain­si qu’à la cabane des Mischabel qui nous a fait vivre le match Suisse‐Brésil !

www.cabanedorny.ch

www.mischabelhütte.ch

Je sou­haite à tous une belle sai­son d’été !