L’oiseau de feu à la Mamule, une grande voie dans une ambiance magni­fique. Soutenue elle vaut bien la peine de mar­cher jusqu’au pied de la paroi.

Je devais traî­ner mes cram­pons à la Cresta Rey au Mont-Rose avec des clients, le vent, le froid et la neige dépo­sée lun­di ont été plus fort que nous. Vana, vou­lait par­tir en repé­rage pour ses sor­ties futures d’accom­pa­gna­trice de moyenne mon­tagne. Je suis ren­tré plus tôt, nous avons déci­dés d’aller traî­ner nos chaus­sons, cette fois, dans une ligne magique. « L’oiseau de feu » à La Mamule, nous moti­vait vrai­ment. L’approche en mountain-bike, les 400 mètres de voie, l’homogénéité dans ses dif­fi­cul­tés, la qua­li­té du rocher etc… Départ tôt ce matin, Parking des Confins vers 8h00. En vtt jusqu’au refuge Bombardella, il faut envi­rons 45 minutes. Puis l’approche de la voie et trou­ver son départ… bien 1h30 !

L'oiseau de feu à la mamule, une voie unique

Premiers mou­ve­ments de l’oiseau de feu. plu­tôt de l’âge de glace.… Selon Silvana

Cela dis, le topo « Massif Bornes Aravis » vous sert à rien au pied de la face ! Certaines voies ont chan­gés d’équipement, il y en à des nou­velles et le des­sin est M.…hic ! Avec un coût de télé­phone à l’un des ouvreurs de « l’Oiseau » nous avons pu trou­ver le départ ! A savoir que L1 de « l’Oiseau » est en broche fixe depuis un moment, ce qui vous aide­ra à vous y retrou­ver. A 56 mètres du sol, une superbe lunule vous aide­ra à confir­mer que vous êtes dans la bonne ligne. Le R1 est équi­pé d’un mous­que­ton de mou­li­nette ! Vous y êtes.

Maintenant, pro­fi­tez un max du pre­mier res­saut, c’est le plus beau à notre avis. Il est vrai que la voie est homo­gène que le rocher est unique et adhé­rent. Les fric­tions en L2 (6c) vous le prou­ve­ra ! De beaux chal­lenges à vue si vous êtes dans ces niveaux. La voie est vrai­ment belle, oubliez un peu le 6a+ de tran­si­tion et c’est que du bon­heur !

Un point « noir » dans notre jour­née, la des­cente en rap­pel dans la voie ! Nous vou­lions être plus falai­sistes que mon­ta­gnards, donc la des­cente à pied ne nous moti­vait pas ! Mal nous en à pris… Rappels dia­go­nales, pas de ligne indé­pen­dante, alors qu’elle serait logique. Si vous avez pas des 60 mètres, vous serez vrai­ment pas aidés… Ne pas vous lan­cer dans le retour sans cordes de rap­pels de 60 mètres !

Journée splen­dide, sans vent, avec des tem­pé­ra­tures clé­mentes ou presque. Départ au par­king avec un petit 5°, le vélo nous réchauf­fa. Pied de la voie à 10h30, ombre, rocher froid jusqu’à L2 pour Vana. Puis ambiance idéal jusqu’au retour en vtt.

L'oiseau de feu

Xavier sort de la pre­mière sec­tion.

Topo « L’oiseau de feu » Voie ouverte en 1996 par Piola, Perrilat et Co.

L1 : Broches scel­lées Fixe, départ à la limite Jaune-Gris du rocher, repé­rer une lunule à 56 mètres du sol. Superbe mise en condi­tion. La voie part à droite après la lunule. R1 avec mous­que­ton de mou­li­nette. (6b+)

La suite est en spits de 12 mm.

L2 : Spits 12 mm. Dalle excep­tion­nelle, mou­ve­ments tech­niques, tout pour plaire ! (6c)

L3 : Spits 12 mm. Mur ver­ti­cal, grosses prises et tra­ver­sée sur la droite. Grande classe (6b+)

L4 : Un beau chal­lenge à vue.… Technique, fine, et raide. Unique (6c+)

L5 : Plus clas­sique, mais belle. (6b+)

L6 : Transition.… (6a+)

L7 : Raide, vous réveil une seconde fois.…(6b)

L8 : Rampe bien visible depuis le haut de L6. Splendide pas­sage. (6b)

L9 : Un com­bat entre finesse et fatigue… (6c)

L10 : Un pas plus dur pour don­ner la sor­tie du second res­saut (6c+)

Petit par­cours d’arête !

L11 : Raide, beau, fatigue pré­sente… (6b)

L12 : C’est la fin, mal au pieds, heu, plus trop de sou­ve­nirs… (6a+)

Descente : A pied, vrai­ment !!! en rap­pel nous nous sommes vrai­ment fait C.…

L'oiseau de feu, le haut de la face

Deuxième res­saut pour Silvana.