L’arche per­due à la Maladière, voie de belle ampleur. Avec une sor­tie explo­sive sur un rocher excep­tion­nel. Un des bijoux cal­caire de la région.

Une semaine intense entre l’Air du Temps, la com­bi­nai­son, Magic‐Jones‐Angel et L’Arche Perdue, plus de 800 mètres d’escalade entre 5c et 7a pour Vana !

Après une belle sor­tie en bike hier, fal­lait repo­ser les jambes… L’Arche, le pro­jet remis il y à deux jours reve­nait à la charge, disons que je reve­nais à la charge pour user la peau des doigts dans les belles gouttes d’eau des lon­gueurs cen­trales et celle de sor­tie. Au par­king il y avait un maxi­mum de voi­ture, grosse ques­tion ? Du monde à la Maladière ? Non, plein de gars avec des gilets fluos dans les bois et des chiens raco­leurs… Chasseurs et non grim­peurs ! Pas un sac à dos au début des rap­pels. Seuls au monde un fois de plus. Rappels des Tropiques, marche au pied et attaque de la belle dalle de L1 ! Toujours seuls. L2, du bruit dans les arbres, trois gars en noir…

longueur d'attaque dans l'arche pedue

Longueur d’attaque pour Silvana. Un réveil en dou­ceur.…

Même cou­leur qu’il y à deux jours, c’est le Roland qui débarque, ils vont à Cobra. La san­té l’ancien ! Le soleil nous rat­trapes dans L4, il fait vrai­ment chaud. J’avais par­lé du superbe 6c+ en troi­sième lon­gueur à Vana. pas déçu, mes sou­ve­nirs valaient bien le plai­sir que j’ai eu à nou­veau dans ces 40 mètres uniques. Puis les gouttes d’eau, et l’ambiance raide du dièdre en 6c à la sor­tie. Une magni­fique voie à réa­li­ser dans cette par­tie de la falaise. Gardez un peu de peps pour le 7a de sor­tie, il est raide et sou­te­nu.

J’avais pro­mis à Vana que les tra­ver­sées n’étaient pas trop grandes ni méchantes, le petit, mais remar­qué doigt d’honneur que ma belle me mon­tra dans le 6c du dièdre de sor­tie, me mon­tra qu’a son goût, la tra­ver­sée était plus longue que mes dires… J’ai raté la pho­to du doigt, mais je vous jure que je l’ai vu !!!

L'arche perdue à la maladière. Belles longueurs

Le soleil réchauffe gen­ti­ment le rocher. Que du bon­heur.

L’Arche Perdue ***(*) ( Anker – Piola – Vogler 1990 ) 280 m. 7a max / 6c obl.

Plaquettes Petzl à remar­quer au départ pour être cer­tain d’être dans la bonne ligne.

L1 : 6b+ Dalle grise avec d’excellentes réglettes. Superbe lon­gueur qui vous place dans l’ambiance en dou­ceur.

L2 : 6b Traversée hori­zon­tale à droite.… Pas vu le doigt de ma douce, mais l’idée devait déjà naître.…

L3 : 6c+ Exceptionnelle, déli­té sur 4 mètres au départ, puis grosses prises, très raide. Mouvements tech­niques, longue ( 4045 m. )

L4 : 6b+ Gouttes d’eau splen­dides, peu raide, deux ou trois sec­tions plus sélec­tives, magni­fique ambiance.

L5 : 6a+ Moins de gouttes, plus de plats mais rien de trop méchant. Relais dans l’ambiance, plus raide !

L6 : 6c Exceptionnelle, une fois de plus, pas très dur au départ, puis grosses prises dans du raide. Il était sec en cette date ! La lon­gueur du doigt d’honneur…

L7 : 7a Un pas dur au départ, puis un autre avec prise amé­lio­rée au milieu de la lon­gueur. Superbes gouttes, très raide. Fatigante.…

L8 : 6b Six mètres dur puis res­saut herbe, rocher et relais sur arbre à la sor­tie !

L'arche perdue, sortie plein gaz

Longueur de sor­tie en 7a. Un bijou truf­fé de gouttes d’eau et autres plats…