La voie voie Desmaison à l’Aiguille de la Vanoise est très agréable dans les jours de grosses cha­leurs. Un bel iti­né­raire clas­sique.

La Desmaison à l’Aiguille de la Vanoise est une excel­lente des­ti­na­tion quand les cha­leurs des der­niers jours esti­vaux pèsent sur les épaules déjà alour­die par nos sacs à dos… Avec Alain nous avions par­cou­ru la Desmaison au Pic de Bure et du coup, l’idée de réa­li­ser une de ces autres ouver­tures, le moti­vait bien. Tous les fac­teurs étaient réunis en cette fin d’août aux tem­pé­ra­tures de juillet… Destination Pralognan la Vanoises et ses mul­ti­tudes pos­si­bi­li­tés alpines

Approche : 1h30/1h45 Depuis le par­king des Fontanettes. Le che­min du refuge du col de la Vanoise ( Félix Faure ) vous per­met­tra de rejoindre le lac des Vaches. A la hau­teur de ce der­nier vous serez sous la face nord de l’Aiguille de la Vanoise. Remontez le pier­rier évident qui arrive à droite d’une croupe rocheuse. Prendre pied sur cette der­nière et rejoindre sa vire la plus haute au pied de la face. Au départ de la Desmaison vous trou­vez un RDM gra­vé.

La Voie : Un cal­caire hyper adhé­rent et somme toute peu raide. Avec deux ou trois pas­sages ver­ti­caux ou de court sur­plomb, mais tou­jours bien équi­pés.

Aiguille de la Vanoise

L’objectif durant l’approche.

Ouverte par R. Desmaison et A. Bertrand le 13 juin 1964 / TD 6a obli­ga­toire

Matériel : Nous avions 4 friends mais ne les avons pas uti­li­sés. Il est pré­fé­rable de prendre quelque friends ou coin­ceurs. 14 paires dont des longues sangles si comme nous, vous dou­blez des lon­gueurs (topo ci‐dessous)

Les Longueurs :

L1 + L2 / 55m / 4c : De la gra­vure, remon­tez sur la droite des séries de rampes‐écailles peu raide. Plusieurs points en place dont des spits fixe. Relais sur 2 spits reliés

L3 / 40m / 4a : Une tra­ver­sée évi­dente à gauche. deux points dans la dalle et un relais sur chaîne (ligne de rap­pel, pour des­cendre du som­met peu recom­man­dée… )

L4 / 18m / 6a+ : Un dièdre très raide qui sort sur la gauche et per­met de pas­ser la sec­tion ver­ti­cale du bas de la face, plus qu’équipée entre les clous, les vieux spits et les récents… Mais fort sur­pre­nante et loin d’être facile cette lon­gueur. Je l’ai trou­vée plus dure que le 6b du haut ! Relais sur chaîne.

L5 / 50m / 5c : Deux points très proches au départ de la lon­gueurs, puis net­te­ment plus loin une corde fixe à demeure. Une tra­ver­sée de 50 mètres sur un sys­tème de vires. Ne pas mon­ter dans « La fille aux yeux vert » mais bien rejoindre sur la vire le relais sur deux spits non reliés.

L6 / 25m / 5b : Départ au des­sus du relais, un spit et un piton rouge caché, puis une tra­ver­sée à droite. Vous croi­sez à nou­veau « La fille…» et conti­nuer vers un relais sous le sys­tème de toit. 2 spits non reliés.

L7 / 35m / 6a : Une très belle lon­gueur, uti­li­sa­tion d’une fis­sure dia­go­nale sur la droite pour rejoindre une zone de fai­blesse dans le toit. Deux clous tête en bas sous le toit ou un spit avant et un autre dans la sec­tion raide du toit. Un réta­blis­se­ment phy­sique et… quelques ques­tions sur la suite tant que vous aurez pas vus les écailles à gauche. Puis un dièdre‐fissures magni­fique. Relais confor­table.

L8 (L8 et L9) / 55m / 6b : Départ dans un dièdre, paraît‐il sou­vent humide, il était sec en ce 31 août. Quelques points à ral­lon­ger sis vous dou­blez la lon­gueur. Passage à un relais confor­table pour remon­ter la fis­sure raide au des­sus. Beaucoup de points en place. Très belle esca­lade en libre avec des solu­tions internes ou externes à la fissure‐dièdre. Au der­nier spit, par­tir fran­che­ment à droite pour rejoindre 8 mètres au des­sus un relais pas visible du bas, sur 2 spits.

L9 / 25m / 6a : Prendre l’écaille évi­dente à 8 mètre à droite. 2 points pour l’atteindre. Elle sonne creux mais ne bouge pas.…encore. Jolis mou­ve­ment de réta­blis­se­ment. Relais confor­table.

L10 (L11 et L12) / 3c : Une vire évi­dente à droite, puis repé­rer après 20m envi­rons, la fai­blesse qui per­met de mon­ter au pied de la fis­sure évi­dente de la lon­gueur sui­vante. Fissure qui donne accès au res­saut du haut et per­met de pas­ser le bou­clier ver­ti­cal. Terrain peu raide et truf­fé de pierres qui demandent qu’un retour au sol… Relais sur 1 pitons et 1 spit au pied de la fis­sure, sur une vire

L11 (L13 et L14) / 5c puis 4b : Deux sec­tions plus phy­sique dans cette fis­sure, puis des dalles rela­ti­ve­ment bien pro­té­gées. Vous pou­vez prendre des friends pour cette zone. Rocher peu solide mais faci­le­ment iden­ti­fiable.… Relais sur chaîne.

L12 (L15 et L16) / 4b : Franchement j’ai trou­vé vrai­ment beau cette sor­tie, avec des formes de rocher dif­fé­rentes et une autre cou­leur. Belle ambiance. Relais au som­met.

La sortie de la Desmaison à l'aiguille de la Vanoise

Alain dans les dalles de sor­tie de la voie

Descentes : Plusieurs solu­tions, mais la plus rapide est cer­tai­ne­ment de tra­ver­ser l’arête vers l’Est et rejoindre la sente, peu mar­quée qui démarre en face Sud. Sinon, sous le som­met, à 10 mètres au Sud, vous trou­vez une ligne de rap­pel de 50m. 2 rap­pels vous posent dans un ter­rain raide. Il faut ensuite rejoindre la sente 300 mètres à l’Est.

Attention en cas de pluie ou ter­rain humide, la des­cente pour­raient être très com­pli­quée !

C’est un beau voyage, pas trop long et que demande un peu de sens d’itinéraire mal­gré sont rééqui­pe­ment. A faire des jours de cha­leurs qui per­mettent de vous sen­tir vrai­ment bien dans l’ombre des faces nord.