Une équipe bien rodée, des skis larges comme des pelles à tarte, des sushis et deux mètres de poudre tombés en six jours…

Avril 2016, aéro­port de Moscou. Nous atten­dons l’avion pour ren­trer en Suisse après une semaine excep­tion­nelle d’héliski au Kamchatka. Évidemment qu’avec des étoiles pareilles dans les yeux, on parle encore de ski. On va où l’année pro­chaine ? Ce sera le Japon. Février 2017, Hakuba, pré­fec­ture de Nagano, Japon. Il neige 40 cen­ti­mètres le soir de notre arri­vée…

Amateur de longues lignes alpines, je n’avais, a prio­ri, pas une atti­rance énorme pour le Japon et ses courtes lignes fores­tières. J’ai chan­gé d’avis. Parce que quand on vous parle de pou­dreuse par des­sus la tête au Japon, on oublie de vous pré­ci­ser qu’il s’agit plu­tôt de skieur par des­sous la poudre. Pendant notre semaine sur place, il a nei­gé plus de deux mètres en cumu­lé… sur les quatre mètres déjà tom­bés les semaines pré­cé­dentes. Alors vous ajou­tez à ça des pentes sou­te­nues, pas si courtes, des forêts clair­se­mées et des lignes vierges à perte de vue, vous êtes d’accord de lais­ser vos lignes alpines de côté le temps d’une paren­thèse enchan­tée au pays du soleil levant. Et je ne vous parle pas du côté gas­tro­no­mique de coin…

On trouve le long de la val­lée d’Hakuba plu­sieurs sta­tions de skis, cha­cune avec son carac­tère. Logés au Kodama Lodge, idéa­le­ment situé entre deux des sta­tions les plus idéales pour le hors piste, nous skiions depuis les remon­tées méca­niques, en peau­tant de temps à autre pour nous éloi­gner des zones déjà tra­cées.

Un seul truc lisible et ça nous arrange : 40 cen­ti­mètres de neige fraîche ! Comme qua­si­ment tous les matins.

Ambiance le matin à l’ouverture des télé­sièges. Nous sommes sur les quatre pre­miers sièges, la mon­tagne est à nous !

Au milieu du séjour, une jour­née de grand beau nous a per­mis de faire une longue ran­do entre Tsugaike et Norikura. Quelle jour­née !

Karim, Steve, Alex, Vincent, Antoine, Julien et Philippe (de gauche à droite), c’était si chouette de par­ta­ger ces moments avec vous tous… Vivement la pro­chaine !

Yann