L’ouverture d’une nou­velle voie dans la région du Khumbu et la fron­tière tibé­tain, vers le col du Nangpa‐là.

C’est jamais facile de poser, sur papier élec­tro­nique un récit de 5 semaines pas­sées à l’étranger. De plus quand tout, vrai­ment tout c’est dérou­lé sans un accro­chage ! Que du bon­heur ! Prenez 10 minutes car les pho­tos sont belles et il y aura un peu de texte…

En pre­mier lieu, cette région, j’y serai allé 3 fois. Chaque fois avec l’impulsion de Stéphane Schaffter qui aura lit­té­ra­le­ment « ouvert » ce coin du Népal aux alpi­nistes. Un pre­mier voyage en 2009 avec Stéphane entre autre, pour ouvrir une nou­velle voie sur un som­met vierge, renom­mé pour l’occasion : Le Jobo Le Coultre. Stéphane avait pré­pa­ré un pro­jet unique avec Little Karim et Apa Sherpa.

2011, nous retour­nons sur place, tou­jours avec Stéphane et tou­jours dans le but de réa­li­ser une arête bien pré­cise… Conditions beau­coup trop chaudes ! Rien ne sor­ti­ra de ce voyage, la mon­tagne ne veut pas de notre petite équipe.

2012 : A nou­veau une belle équipe ! A nou­veau la mon­tagne pré­vue ne vou­dra pas de nous, les condi­tions, cette fois‐ci, sont vrai­ment trop sèches ! C’est même affo­lant de voir l’évolution, les plaines tibé­taines sont pas loin et l’ambiance déser­tiques se fait res­sen­tir.… Par contre nous aurons essayé ailleurs, avec un autre but, dans la face nord du Le Coultre, vielle connais­sance… et enfin, un jour comme un autre, une ligne, une belle ligne pris nais­sance après le pas­sage des 5 pro­ta­go­nistes… Voici quelques images résu­mant 5 semaines excep­tion­nelles ! Un film existe sur ce voyage. Sur le liens sui­vants : Népal 2012.

Philippe lors de la tentative au Jobo Le Coûltre

Philippe lors de notre ten­ta­tive dans la face nord du Jobo Le Coultre.

Une accli­ma­ta­tion réa­li­sée au tra­vers des cols du Khumbu. Avec une douce res­sem­blance des tours de France, du Giro ou de la Vuelta…, échap­pées, points au pas­sage des cols, maillot à poids, maillots Jaune, jour­née de repos et même des « pipis » dans les éprou­vettes nal­gène.… Difficile ges­tion des guides entre les guides, faut tou­jours mon­ter d’un pignon sous les der­niers lacets des cols.… A peine le petit déjeu­ner ava­lé dans les lodges, que nous pas­sions cer­tain cols. Avec une spé­ciale au Gokyo‐Ri rem­por­té de jus­tesse par votre ser­vi­teur ! 10 jours d’acclimatation sous un ciel bleu constant. Puis l’installation du camp de base et l’attente de l’arrivée de Pierre, sa famille et Stéphane. Stéphane ne res­te­ra pas, malade, il rentre rapi­de­ment en europe. Pierre, que nous décou­vrions tous, aura com­plé­té fabu­leu­se­ment l’équipe. Du Camp de base, nous aurons bala­dés nos cram­pons, et pas­sa­ble­ment de poids, pour trou­ver et débus­quer un truc à faire. Simplement que notre « arête » de base res­sem­blait à un pier­rier !

Jerome sort du passage clé de la goulotte

Jérome dans la pas­sage clé lors de l’ouverture de la gou­lotte : Et vous croyez les femmes.

Topo et vous croyez les femmes

Une ligne magni­fique et proche du camp de base. Une excel­lente solu­tion pour s’acclimater.

Voyagez aux tra­vers des images et légendes.…

Toute l’équipe remer­cie vive­ment : Scarpa inter­na­tio­nal ( Chaussures ), Hestra ( Gants ), Movement ( Bâtons ), Lorpen ( Chaussettes ), Tingerlaat ( Crème solaire ), la bourse expé­di­tion du CAS Genève, Jacques Wicht,( Wicht, Bonnefous ; Michel , notaires asso­ciés), La Mairie de Pregny Chambésy, Serbeco et nos amis et familles qui sont vrai­ment patient avec des grands enfants comme nous…

Merci à R’adys qui nous habilles de près avec Jérome.