Une magni­fique des­ti­na­tion ! A la base avec Flo et Baldo, nous devions nous rendre au Denali en Alaska Mais une fois de plus l’autorité des rois du monde…, nos meilleurs enne­mis, les ricains et leur pro­tec­tion­nisme de bas de gamme, nous aura fait chan­ger de pro­jet ! Jamais ils ont répon­du à notre demande de per­mis pour accé­der au parc natio­nal du Denali. Je suis trop « guide » à leurs yeux !! Dès lors, nous avons cher­cher une des­ti­na­tion qui nous moti­vais ! L’Ile de Skye en Ecosse et la tra­ver­sée des Cuillins nous par­lait vrai­ment. L’idée venait de Thierry avec qui j’ai enca­dré, en Avril der­nier, le groupe en Norvège.

Helyum_Xavier-Carrard_Guide-de-montagne_Skye-Ridge_Ecosse_Alpinisme_Depart

Coucher de soleil la veille de notre départ sur l’arête.

La décou­verte de l’Ecosse, et des Cuillins vaut vrai­ment la peine. L’objectif de la tra­ver­sée du Gars-bheinn au Sgurr nan Gilean en une grosse jour­née est majeur ( 23h00 pour notre pars ) ! Osons les mots… Certes aucun som­met d’altitude éle­vée, ni de gla­cier tor­tueux, ni de pente au degré proche du Whisky, mais bien du rocher, et du mixte her­beux et curieux. Une réelle recherche d’itinéraire, des sou­cis de stra­té­gies, de pré­pa­ra­tion du ter­rain. Avec des dépôts préa­lables ou sans ? Bivouac et par­tir lourd ou léger ? Une pré­pa­ra­tion bien proche d’une stra­té­gie d’ascension dans les Alpes ou ailleurs, une expé­di­tion !

Helyum_Xavier-Carrard_Guide-de-montagne_Skye-Ridge_Ecosse_Alpinisme_Ambiance

Bernard me suis dans ce « foo­ting » de 13 kilo­mètres…

Ce qui vous deman­de­ra cer­tai­ne­ment une adap­ta­tion ?

L’altitude faible, le côté » moyenne mon­tagne » que nous voyons nous les alpi­nistes de l’Europe cen­trale, en ces lieux !

Mais vous serez rapi­de­ment remis dans vos rails, vos habi­tudes.… Une fois atteint le pre­mier som­met, le Gars-bheinn, vous regar­de­rez vers le Nord-Ouest… De ce point vous décou­vrez toute l’arête. Honnêtement il faut une grosse moti­va­tion pour pas redes­cendre au cam­ping… Le Gars-bheinn vous demande 3 heures d’approche pour 1000 mètres de déni­ve­lés. De ce point com­mence seule­ment la tra­ver­sée, elle compte plus de 13 kilo­mètres d’arête et encore 2000 mètres de déni­ve­lés. Compter en pieds et en yards, cela fait des gros chiffres…

Partis à 2h00 du matin, nous sommes ren­trés au bus à 23h00. Il nous aura fal­lu une grande dose de moti­va­tion, 21h00 de ter­rain et une grosse déshy­dra­ta­tion pour venir à bout de Skye Ridge. Partis avec 3 litres par per­sonne, ce fût trop peu en fonc­tion de la cha­leur ren­con­trée. Chaleur que trop inha­bi­tuelle pour cette île. Une chance énorme au niveau du ciel et de ses clé­mences, mais le manque d’eau sur le fil de cette jour­née, fût très pénible. En plus de l’eau, le maté­riel d’une cor­dée en course rocheuse ; 1 corde de 40 mètres suf­fit, 3 coin­ceurs et 3 friends ( 1×0.5, 1,5 et 2,5 ), longues sangles et mous­que­tons !

Helyum_Xavier-Carrard_Guide-de-montagne_Skye-Ridge_Ecosse_Alpinisme_Longueur-Cle

La lon­gueur clé, un beau 6a enga­gé.

Il y à beau­coup de zone où nous mar­chions sans corde dans un ter­rain escar­pé. Celles qui demandent un encor­de­ment sont logiques. Puis la recherche d’itinéraire est impor­tante dans ce sec­teur. A part des sangles aux points des rap­pels pos­sibles, vous ne trou­ve­rez abso­lu­ment rien en place, nous sommes chez des anglo-saxon, ne pas l’oublier ! Il existe d’excellent topos. Le site recon­nu de Rockfax pro­pose lui aus­si un topo de la tra­ver­sée.

Comme nous, pre­nez le temps de « ten­ter » cette tra­ver­sée, laissez-vous empor­ter par les pay­sages de Gandalf et des Elfes.