Le Zinalrothorn et ses arêtes attire passablement de monde vu la beauté du site, du rocher et des itinéraires. Ne serait-ce que pour son arête nord et le fameux rasoir !

Nous sommes par­tis, avec Guy, un col­lègue, François et Caroline, vers la tra­ver­sée du Zinalrothorn. Nous savions que la mon­tée au Rothornjoch n’allait pas être des plus agréables. Déjà bien avant le col, le gla­cier tend déjà des pièges et les cordes… D’énorme trous en for­ma­tion demandent quelques détours. Puis le col en glace. Nous le savions ! Après cette mise en bouche, le des­sert est réel. Une arête magni­fique avec que des beaux pas­sages sur un rocher sain et rouge flam­boyant.

Guy, mon col­lègue, dans un des beaux pas­sages de la Rothorhgrat du Zinalrothon

Le Zinalrothon est abordé par tous ses versants. Il y avait des cordées sur chacune de ses arêtes. Le topo de C2C est très complet.

Le topo pro­pose plu­sieurs solu­tions pour les pas­sages qui peuvent être abor­dés de plu­sieurs manières. Le retour par son arête nord est magni­fique et ajoute, à mon goût, un vrai objec­tif de tra­ver­sée. Avec l’avantage d’avoir le véhi­cule, certes très loin, mais dans la même val­lée !

Les cor­dées qui nous sui­vaient sur l’a­rête.

Si, comme François et Caroline, vous pou­vez dor­mir à nou­veau au refuge au retour de l’ascension, je pense que c’est une excel­lente option, sur­tout pour vos arti­cu­la­tions…

La traversée est coté D-. Quelques passages de 4b maximum. Le tout sur un rocher magnifique.

Guy, François et Caroline, pro­fitent du soleil qui nous réchauf­fait pas­sa­ble­ment… Sacré vent du nord !

Une corde de 50 mètres vous sera utile pour les rap­pels de l’arête nord. Le maté­riel gla­cier et, si la sai­son est tar­dive, deux pio­lets ancreurs pour atteindre le Rothonjoch… Quelques friends, deux longues sangles et quatre dégaines suf­fisent lar­ge­ment. Vous croi­se­rez plu­sieurs pas­sages avec des spits. Principalement après le « Gabel », brèche d’ou arrive la voie nor­male venant de Zermatt et lors de la des­cente de l’arête nord.

La traversée du Zinalrothorn est un objectif magique dans ce bassin qui l’est tout autant. Mais il faudra user un peu vos articulations pour aller y poser vos crampons…

Le Cervin, l’Obergabelhorn, la Dent d’Hérens, Tête Blanche, le tout ne vaut pas le sou­rire de Caroline !