Certaines sai­sons nous poussent à choi­sir de pré­fé­rence un mas­sif plu­tôt qu’un autre. Cette année nous avons opté, Xavier et moi, pour la Vanoise. Avec une Grande Glière pour ma part fin juin et pour, cou­rant juillet, la même Glière via son épe­ron nord et la tra­ver­sée des gla­ciers de la Vanoise pour Xavier.

Petite vue de l’a­rête du Vallonnet avec le Grand Bec tout au loin

La météo de ces derniers jours nous a, à nouveau, poussé plus à l’ouest de l’arc alpin. Avec un belle envie de découvrir avec nos très fidèles clients-amis, Bernard et Bertrand, un sommet peu convoité, le Grand Bec (3399m).

Sortie du dièdre évident pour atteindre le départ de l’é­pe­ron ouest

Son épe­ron ouest sur les pho­tos du topo de la Vanoise, nous fai­sait un peu pen­ser à l’é­pe­ron ouest de Tsalion et de plus nous pou­vions enchaî­ner avec une tra­ver­sée d’a­rête sur le Vallonnet. Départ lun­di sous une pluie fine pour la Vanoise avec une mon­tée rapide d’en­vi­ron 1h30 pour le refuge du Grand Bec (2400m). Petite mine sur­prise d’Agnès, la gar­dienne, qui n’a pas reçu la confir­ma­tion de notre arri­vée. Le manque de réseau s’a­joute à la dif­fi­cul­té de son job et elle ne peut rece­voir les appels en direct . Parfois les sms de confir­ma­tion se perdent dans les méandres du réseau télé­pho­nique. Pas de sou­cis, peu de monde avec la météo incer­taine de ce lun­di et Agnès a de la place dans son le petit refuge de 36 places et nous accueille avec plai­sir.

Bernard tou­jours tout sou­rire sur la par­tie cen­trale de l’é­pe­ron ouest

Le len­de­main matin, ciel déga­gé à l’aube et brouillard en plaine. Ce der­nier aura ten­dance a prendre de l’al­ti­tude au fil de la journée.…Topo C2C cor­rect, départ sur les 100 pre­miers mètres en direc­tion du col de Leschaux puis bifur­quer à gauche en direc­tion de deux cou­loirs her­beux. Prendre celui de droite en mon­tant, pour atteindre là pre­mière ligne de crête et le pla­teau supé­rieur. Cela ne nous a paru pas trop com­pli­qué même de nuit mais un petit repé­rage peut faci­li­ter l’ap­proche.

Xavier et Bernard à la sor­tie de l’é­pe­ron de Grand Bec, belle ambiance

L’éperon ouest du Grand Bec, n’a pas tenu toutes ses pro­messes. Rocher dans l’en­semble pas très bon, peu de zone grim­pante et il n’est pas tou­jours aisé de res­ter sur la ligne de crête car le pas­sage de cer­taines dalles com­pactes n’est pas tou­jours très aisé et nous sommes par­fois obli­gés de lou­voyer dans du ter­rain un peu déli­té. Compter 4h-4h30 refuge som­met.

Le bleu et les sou­rires dominent

Courte pause au som­met et départ pour la tra­ver­sée sur le Vallonnet. Et là, belle sur­prise, arête effi­lée avec un rocher de bien meilleure qua­li­té, de jolis pas­sages grim­pants et un petit saut qui donne un peu de piquant. Itinéraire évident sur le fil de l’a­rête avec cer­tains pas­sages à faire plu­tôt côté Champagny. Compter 1h30 bien tas­sée pour la tra­ver­sée.

Première par­tie facile de la tra­ver­sée sur le Vallonnet, sur le Glacier de Troquairou
Xavier et Bernard dans la belle sec­tion de l’a­rête du Vallonnet

Nous avons opté pour la traversée et la descente sur le glacier moribond de la Vuzelle. Si vous souhaitez écourter les festivités, il est possible de descendre par le glacier de Troquairou pour rejoindre le refuge du Plan des Gouilles mais cela rallongera le temps de descente pour atteindre le parking.

Bertrand en for­ma­tion auto­no­mie

Pour notre part des­cente du gla­cier de la Vuzelle dans le brouillard. Avec les condi­tions du jour assez sèches, il est pré­fé­rable de res­ter un maxi­mum rive gauche du gla­cier sur un épe­ron rocheux et rejoindre les der­niers névés vers envi­ron 3000m.

Course cotée AD‑, longue et sau­vage, avec un peu de recherche d’i­ti­né­raire. Corde de 30m, deux friends et deux sangles sont utiles.

Pas grand monde sur l’itinéraire, en gros nous avons croisé personne. Peut-être que la renommée de ces sommets avec des altitudes moins élevées motivent peu les foules. Cette itinéraire mérite à notre goût le déplacement, malgré la première partie un poil moins intéressante.

Mention très bien pour le refuge du Grand Bec. Les ome­lettes et tartes au cho­co­lat d’Agnès méritent de s’y arrê­ter au retour.

Une de plus de moins à faire avec Bernard et Bertrand, père et fils, tou­jours au top et moti­vés. Merci à vous deux pour cette belle jour­née par­ta­gée.

Belle suite de sai­son

Xavier et Philou