Un clin d’oeil sur l’actualité météorologique du moment ! Nous cherchons tous, à certains instants de la saison, la possibilité de grimper et ce même avec des isothermes plafonnants à 5000 mètres.

L’iso à 5000 c’est 37° à 40° en plaine et dans les fonds de val­lées…. Grimper dans ces condi­tions c’est garan­tir une fonte des semelles sur la pre­mière réglette.
A moins que vous vous leviez tôt, vous cher­chiez des belles lignes dans les ver­sants Nord ou Nord‐Ouest et que vous pre­niez le temps pour une marche d’approche.

Ces fac­teurs réunis, et en uti­li­sant les quelques idées ci‐dessous, vous pour­rez poser vos chaus­sons et grim­per un par­tie de la mati­née…
Les quelques pro­po­si­tions ci‐dessous, sont des voies que j’ai par­cou­rues par jours de grosse cha­leur et qui ont le mérite de res­ter « fraîches » durant les pre­mières heures de la jour­née…

Canicule : Quelques belles envolées ombrées vers chez nous :

Le Grand Bargy : « Les Gros Veaux » ( 430 mètres / 6c / 6a+ obli­ga­toire. )
Pour l’avoir par­cou­rue durant les cani­cules de 2003 et 2015, je confirme que c’est une belle option de fraî­cheur. A l’ombre jusqu’à 14h30, il suf­fit de se lever, mar­cher un peu et pro­fi­ter plei­ne­ment de cette ligne en dalle. Quelques pas­sages se redressent et donnent un carac­tère dif­fé­rent de ses voi­sines dans la dalle du Petit Bargy. ( A l’ombre aus­si, si jamais ! )
12 dégaines, cordes de 60 mètres pour les rap­pels. Descente dans la ligne.

Face Sud Ouest du Peigne : « La Vaucher et/ou le Maillon Manquant » ( 400 mètres / 5c à 6b+ / 5c à 6b obli­ga­toire / coin­ceurs et friends )
Deux iti­né­raires qui ont l’avantage d’être en alti­tude. Une approche depuis le Plan de l’Aiguille, qui vous deman­de­ra de prendre cram­pons et pio­let. La Vaucher dans un niveau 5c sou­te­nue est moins exi­geante que sa voi­sine, Le Maillon Manquant ( 6b ). Les deux iti­né­raires sont par­tiel­le­ment équi­pés, il vous fau­dra aimer la pose de coin­ceurs et de friends pour par­cou­rir ces lignes hautes de 400 mètres. Un jeu com­plet de ces der­niers est vive­ment recom­man­dé… La des­cente s’effectue plu­tôt à pied pour la Vaucher et en rap­pel pour le Maillon Manquant. ( La pho­to d’entrée de l’article est prise dans le lami­noir de « La Vaucher «, David Ravannel dans son job de pho­to­graphe lors de la Mountain Academy.)
12 dégaines, coin­ceurs et friends, cordes de 60 mètres agréables.

Xavier dans les pre­mières dif­fi­cul­tés du « Maillon Manquant »

Face Nord‐Ouest du Grand Perron : « Antipode » ( 370 mètres / 6a / 5c obli­ga­toire. )
Les Perrons de Vallorcine sont plu­tôt fré­quen­tés pour leur belle tra­ver­sée et leurs mul­tiples iti­né­raires en face sud. Cependant, la face nord‐ouest du Grand Perron pro­pose, depuis 4 ans, une ligne à l’ombre. Antipode par­court cette grande face du mieux que pos­sible. L’approche pour­rait vous obli­ger à empor­ter des petits cram­pons, sou­vent les névés res­tent tar­di­ve­ment dans ce ver­sant.
Les belles lon­gueurs se trouvent en par­tie finale de l’ascension. Un rocher rouge et moins de lichen dans la ligne.
Si vous êtes un esthète de l’alpinisme, il est net­te­ment plus beau de réa­li­ser la tra­ver­sée des Perrons pour la des­cente. Cela dit, les rap­pels sont équi­pés et vous per­mettent un retour aisé au pied de la voie. Reste encore à des­cendre les vires qui, elles, peuvent être peu agréables.
12 dégaines, coin­ceurs et friends, cordes de 60 mètres agréables.

Longue voie d'escalade aux Perrons de Vallorcine: Antipode. Silvana et Xavier Carrard accompagnatrice et guide à Helyum.
Xavier dans une des belles lon­gueurs du haut de la voie.

Face Nord de l’Aiguille de la Vanoise : « La Desmaison » ( 350 mètres / 6b / 5c obli­ga­toire. )
Rien que pour le nom de l’ouvreur, il faut faire un tour dans cette voie. De plus elle est tota­le­ment à l’ombre et se réa­lise en une seule jour­née depuis Pralognan‐la‐Vanoise.
Un cal­caire extrê­me­ment abra­sif, une ligne ingé­nieuse, une ambiance de face nord et une des­cente agréable…. Que deman­der de plus ? Quelques croi­se­ments de voies vous deman­de­ront de res­ter vigi­lant. C’est un beau voyage dans l’histoire alpine. A consom­mer sans res­tric­tions. Descente à pied.
12 dégaines, coin­ceurs et friends, cordes de 60 mètres agréables.

Alain dans la Desmaison de l’aiguille de la Vanoise

Les Gillardes au Devoluy : « Sous la Griffe de Lucifer « ( 375 mètres. 6c+ / 6b obli­ga­toire. )
Impossible de choi­sir quelle voie doit être par­cou­rue aux Gillardes. Les Gillardes c’est un autre monde. Une ambiance incroya­ble­ment raide et belle. Des retraites com­pli­quées en cas de mau­vaises condi­tions. Une approche pas for­cé­ment évi­dente, bref le cock­tail par­fait d’une jour­née excep­tion­nel­le­ment belle…. ou com­pli­quée…
« Sous la griffe » est une des voies que nous avons vrai­ment appré­ciée. Soutenue dans sa cota­tion elle deman­de­ra aux grim­peurs, une bonne dose d’énergie. Des pas­sages uniques sur silex, de l’engagement et de l’ombre jusqu’à vers 14h30 fin mai. Il peut y faire très froid aus­si… Ne sous‐estimez pas l’engagement des iti­né­raires de cette face.
Descente à pied !
16 dégaines, cordes de 60 mètres agréables.

Alex, mon col­lègue lors de notre pas­sage dans « sous la griffe…»

Paroi du Duc au Verdon : « Série Limitée » ( 300 mètres 6c+ / 6b obli­ga­toire )
Si seule­ment c’était une série illi­mi­tée…. La voie est majeure, une ambiance ver­do­nesque, un rocher qui va avec, une approche courte, tyro­lienne à l’appui et des lon­gueurs de sor­tie en gouttes d’eau incroya­ble­ment tra­vaillées. En ver­sant nord des gorges du Verdon, il y a des lignes hors du com­mun. « Série Limitée », ou « Tandem pour une évi­dence » à Estellie sont de dif­fi­cul­té égale et d’une beau­té inéga­lée, sin­cè­re­ment.
16 dégaines, cordes de 60 mètres agréables.

Vana dans les superbes gouttes d’eau de « série limi­tée »

Ces quelques lignes tra­cées dans des sec­teurs ombra­gés, ne sont jamais seules. A leurs côtés, vous trou­ve­rez pleins d’autres solu­tions ver­ti­ca­le­ment fraîches pour ces jours cani­cu­laires.