J’ai passé le printemps austral en Argentine. Skié au mois d’octobre et grimpé au mois de novembre ! Après le séjour magnifique entre les volcans chiliens et la traversée « refuge – refuge » en Argentine, j’ai troqué les skis pour la corde et les chaussons.

L’idée de base devait nous emme­ner, Silvana et moi, vers le refuge de Frey ou vers Los Gigantes de Cordoba. Mais les fortes cha­leurs de Cordoba et le froid Patagonien concer­nant la région du refuge de Frey, ont modi­fiés un peu nos envies. Du coup, les deux plus beaux sites d’escalade spor­tives de Patagonie du nord méri­taient un pas­sage éta­lé sur les trois semaines prévues.

Coucher de soleil sur La Buitrera.

Piedra Parada et La Buitrera furent notre première destination. Suivra la magnifique région de Valle Encantado. 

De Bahia Blanca, des­cen­dons vers Puerto Madryn. De la côte Est nous tra­ver­sons en large l’Argentine. 

Les routes ne sont pas toutes asphal­tées. Les 225 der­niers kilo­mètres de la route No 12 auront enta­més un peu les res­sources de notre Gol…. En fin de trip, elle à affi­ché 4800 km sup­plé­men­taires. Le pays est très grand.

Dans le Canyon, à la recherche de l’ombre.…

A la Buitrera nous logeons depuis toujours chez Mario. Lui et sa famille tiennent le camping au porte du canyon. Ce sont des amis de longues dates. De ce camp de base, l’entrée du canyon se trouve à 10 minutes à pied. 

Grimper ou juste mar­cher et visi­ter ce der­nier est déjà un voyage en soit. Uniquement pour l’ambiance incroyable de ses méandres. Ce der­nier fait par­tie d’un parc régio­nal, il est donc pro­té­gé.
Beaucoup de sec­teurs dif­fé­rents rendent la visite, si vous êtes un grim­peur, qua­si obli­ga­toire une fois dans votre vie… 

A La Buitrera, vous trou­ve­rez de toutes les dif­fi­cul­tés, orien­ta­tions et style. Les pre­miers mou­ve­ments sur ce rocher bien spé­ci­fiques, sont sou­vent dérou­tants. Laissez vous empor­ter par vos envies. Longues voies dures, mou­li­nettes au soleil ou à l’ombre, jamais vous devriez être déçu !
Une corde de 80 mètres per­met de tout réa­li­ser dans le canyon. 

Certaines voies proposent des envolées plus longues, mais vous trouvez toujours un relais de fractionnement.

Belle envo­lée… Adèle remonte les 55 mètres de » A veces si, a veces no »

Les jour­nées du mois de novembre sont longues dans l’hémisphère sud. Nous avons plei­ne­ment pro­fi­té des heures d’ensoleillement qui aug­men­taient. Il n’est pas rare de devoir grim­per à l’ombre à cette période. 

Les murs incroyables en nid d’a­beille. Xav à la Ola

Cette région est incroyable pour ses cou­chés de soleil, ses nuits étoi­lées sans aucune pol­lu­tion lumi­neuse. Nicolas, un grim­peur ren­con­tré sur place est pas­sion­né des constel­la­tions, avec son amie Adèle, ain­si que Silvana et moi, avons pas­sés des soi­rées incroyables à décou­vrir le ciel argen­tin. Les nuages de Magellan nous fai­saient des clins d’oeil chaque nuit.

Piedra Parada et ses nuits incroya­ble­ment étoilées.
Une constel­la­tion naissante.…
Le style de murs ver­ti­caux ren­con­trés à La Buitrera. Xav pro­fite de « Calentati » magni­fique 7a+.

Des nouvelles voies ont été ouvertes depuis le dernier topo. Nous avons pas tous les renseignements mais le secteur le plus fréquenté, « Ortigas » propose 6 nouvelles lignes.

Ce sec­teur est un conden­sé de voies excep­tion­nelles entre le 6b et le 7c. Les nou­velles lignes ne dérogent pas la règle… Magnifiques ! Des envo­lées de 35 ou 40 mètres, que du bonheur !

En vert, les 6 nou­velles lignes du sec­teur Ortigas.
De gauche à droite : 6c+ / 7a / 6b+ / 6c+ / 7a / 7b

Un topo presque com­plet existe. C’est « déjà » la ver­sion 2 de Piedra Parada et La Buitrera. Il est pos­sible de l’acheter à Bariloche. Sinon, Mario à une copie qu’il vous lais­se­ra consulter.

Xav et Mario. Lequel est le gaucho.…

N’ayant aucun réseau à la Buitrera, ne pouvant connaitre les prévisions météorologiques, nous avons mis à l’épreuve, une fois de plus, notre Gol, pour remonter vers Bariloche dans l’espoir de grimper à Frey ! 

Nous avons vite déchan­té. Froid et vent, neige au des­sus de 1500 mètres. Bref, mon­ter à Frey c’est avec des skis, pour skier ! Autant dire que nous étions pas du tout dans cette optique !

Valle Encantado, La décision n’est pas longue à prendre, ce coin est tellement unique. Du coup nous achetons un bateau gonflable pour traverser le Rio Limay. 

Valle Encantado et le rio Limay. Les sec­teurs sont de l’autre coté du fleuve…

Nous pre­nons la route vers Villa Lanquin. Petit vil­lage à mi-chemin entre Bariloche et Valle Encantado. Le cam­ping « La Roca », ou nous étions res­tés 3 semaines pour grim­per en 2007, sera notre camp de base. Nico et Adèle se joignent à nous. Chaque couple avec son bateau !

Valle Encantado ver­sion « verte » Silvana et Nicolas dans le grand mur.

Valle Encantado c’est juste un des plus beau trip esca­lade que je connaisse. Les voies sont longues, le rocher est spé­ci­fique à ce coin. La tra­ver­sée en bateau, obli­ga­toire, rend la jour­née encore plus « Jack London » Ce sec­teur est fer­mé durant l’été aus­tral afin de ne prendre aucun risque au niveau des incendies. 

Le soleil arrive vers 14 heures dans le grand mur. Il est rela­ti­ve­ment intel­li­gent de pen­ser à grim­per plus tôt…. Mais, comme pour la Buitrera, il existe plu­sieurs sec­teurs d’orientations différentes. 

Version « verte » de Nicolas dans l’u­nique « Carpe Diem » un des plus beaux 7a+ de Patagonie.

Le topo ??? Ahhh bonne question….. Ben, faudra aller au CAB ( Club Andin de Bariloche ) et le demander gentiment. Je ne connais pas d’autre moyen pour l’obtenir.

Silvana dans une des voies d’é­chauf­fe­ment de Valle Encantado.

Mais pas loin du CAB, vous trou­ve­rez Jauja, une « Heladeria » excel­lente, alors ce détour ne sera pas pénible… N’hésitez jamais à par­tir grim­per dans cette région. Il existe tel­le­ment de solu­tions que vous ne serez jamais en reste. Cette région d’Argentine est sim­ple­ment magique.

Ravitaillement : La Buitrera et Valle Encantado, ne proposent pas ou très peu de solutions pour acheter votre pitance sur place. Anticipez avant ! Bariloche pour Valle Encantado et Esquel ou Bolson pour la Buitrera.

La haute fré­quen­ta­tion à Valle Encantado. Un samedi.…
Vue sur Valle Encantado depuis le som­met du » Dedo de dios ».

Une esca­pade au « Dedo de dios » à Valle Encantado, vaut vraiemnt la peine, ne serait-ce pour sa deuxième lon­gueur ! Un 6c reversant.…

Excellente suite d’au­tomne à tous.