Des lacs, du karst et des tourbières !
Ces dernières semaines nous avions prévu quelques randos avec des participants très motivés.

J’essaie tou­jours d’aller décou­vrir des régions que je ne connais pas, car j’aime par­ta­ger cela avec mes clients. Certain d’entre eux étaient venu avec moi à El Hiero.
Une de mes sor­ties s’appelait « Des lacs et des gypaètes », ces der­niers, mal­heu­reu­se­ment, nous ne les avons pas vu une seule fois du week‐end.

Rive de la Schwarenbach, après une petite pause a l’ombre.
L’Altels encore ennei­gé et une prai­rie pleine des dryades.

À Kandersteg, j’avais prévu un parcours de deux jours, finalement nous avons dû le modifier, vu la quantité de neige encore présente !

Nous sommes mon­tés à pied par la val­lée magique de Gasterntal. Elle nous a char­mé avec ses sur­prises ; la cas­cade de Geltenbach, en crue totale gon­flée par les eaux de fonte, la rivière Kander qui est très vivante et façonne le pay­sage selon ses envies ! Et quoi encore ? Les sabots de Venus nous atten­daient au bord du che­min pour nous accom­pa­gner lors de notre mon­tée à l’ombre de la forêt.

Arveseeli, des petits lacs nous indiquent l’ancienne pré­sence des gla­ciers.

Le len­de­main, une chouette mon­tée au Wyssi Flue était au pro­gramme (vu que la tra­ver­sée jusqu’à Adelboden n’était pas encore pra­ti­cable).
Depuis ce petit som­met, nous contem­plions l’incroyable vue à 360° : Altels, Gemmi, Tschingellochtighore ( j’ai dû regar­der 2 fois pour l’écrire cor­rec­te­ment…) Uschenegrati, Sunnbüel. Nos regards sub­ju­gués par tant de beau­tés natu­relles :

Un vert brillant sor­tant des forêts de mélèzes, de la neige blanche imma­cu­lée, des lacs scin­tillants, plaines et lisières fleu­ries, un air si pur !

La vraie dif­fi­cul­té de cette jour­née ; convaincre l’équipe de redes­cendre.

L’équipe au Schwarzgrätli.

Ce n’est pas du tout facile de pré­voir avec anti­ci­pa­tion une sor­tie et d’avoir la chance de réa­li­ser exac­te­ment ce qui est pré­vu. Lors de ce séjour, nous avons tota­le­ment modi­fié le pro­gramme et, par chance, avons confir­mé qu’en s’adaptant, nous trou­vons tou­jours des solu­tions alter­na­tives qui, sou­vent, dépassent nos attentes !

Une deuxième sortie dans la région de l’Entlebuch. Une crête nommée Schrattenflue. Elle me fait des clins d’oeil depuis ma formation d’accompagnatrice.

Jacqueline s’entraîne dans le karst.

Une excel­lente rai­son pour aller y poser mes chaus­sures.
Avec moi, trois clients qui, encore une fois, avaient envie de venir décou­vrir une nou­velle des­ti­na­tion en ma com­pa­gnie.

La mer de Téthys !

La Schrattenflue est une magnifique crête karstique, classée par l’UNESCO. Elle abrite de magnifiques grottes, créées au fil du temps. Seulement les spéléologues, visiblement, osent y aller.

La crête est pra­ti­cable comme sen­tier pédestre sur toute sa lon­gueur. Une autre option est pos­sible si vous mon­tez depuis Salwideli, en direc­tion du som­met de Hengst. La suite vous condui­ra vers un der­nier som­met nom­mé Schibegütsch.
Ce jour là, nous avons eu la chance de voir un Milan royal en plein vol !

Pour le len­de­main, j’avais regar­dé sur les cartes une région de zones humides. Elle avait l’air très sym­pa. Nous sommes par­tis recon­naître ce sec­teur. La décou­verte fût d’un tout autre registre… Le sen­tier noté sur la carte, n’étant jamais uti­li­sé, était abso­lu­ment plus pra­ti­cable ! Dès lors ; adap­ta­tion, maître mot : J’ai trou­vé une autre solu­tion, et quelle solu­tion !

Prairies maigres et zones humides, un régal..

Nous avons été éblouis par des zones maré­ca­geuses, avec des pins tor­dus, des linai­grettes (des fleurs comme des pom­pons blancs), de magni­fiques orchi­dées. Un alpage au milieu de la mon­tée avec un peu de bétail et per­sonne ! En fait ces zones humides montent assez haut, du coup, nous avons pro­gres­sé entre un mélange des rho­do­den­drons et linai­grettes magni­fiques ! Une der­nière sur­prise, arri­vant sur un petit col, une vue incroyable sur la chaine du Titlis nous y atten­dait.

Nos copines et au loin, la chaine du Titlis
Traversée dans des champs fleu­ri en linai­grettes avec l’Eiger Mönch et Jungfrau au fond de la val­lée.

Un par­cours en boucle extrê­me­ment agréable et varié en pay­sages et flores dif­fé­rent.
Définitivement, j’adore par­ta­ger les décou­vertes !