Triftjigrat, une magnifique classique en versant nord du Breithorn Ouest.

Un iti­né­raire ouvert en 1869 par Robert Fowler, Peter Knubel et Gregor Ruppen. Le 15 sep­tembre exac­te­ment… sep­tembre ?! C’est facile de com­prendre qu’en ces années, les condi­tions cli­ma­tiques étaient réel­le­ment autres ! Néanmoins, la Triftjigrat est une course à réa­li­ser de toute urgence…

Breithorn TriftigratL’itinéraire vu depuis la Gandegghütte. Des condi­tions exem­plaires pour une entrée dans l’été ( pho­to prise le 27 juin 2018 )

Nous sommes fin juin 2018… Les condi­tions sont excel­lentes sur la tota­li­té de l’itinéraire, cepen­dant elles ne le res­te­ront pas long­temps !

De Gandegghütte, où nous avons passé une excellente soirée, nous sommes partis à 3h45 ce matin.

Il faut prendre un che­min qui part der­rière les toi­lettes… Cette sente des­cend en direc­tion du Unterer Theodulgletscher (2860 m). Le tra­ver­ser en pas­sant à gauche des Kamelbuckeln (2982 m). Une seconde des­cente, moins impres­sion­nante, rive gauche, vous per­met de rejoindre le Triftjigletscher. Le tra­ver­ser en évi­tant la zone cre­vas­sée, puis rejoindre les pentes d’accès du Triftjisatel.

C’est une courte expli­ca­tion pour un accès qui nous parais­sait réa­li­sable en 1h00 ! Pourtant nous avons mis 1h30 ! C’est un peu plus long que nous l’imaginions depuis le refuge.

Breithorn Triftigrat ambianceUne vue sur les séracs. Photos prise depuis la rimaye.

La suite de la balade est logique. Pentes d’accès, puis arête décou­pée dans l’ambiance rosée des pre­miers rayons de soleil. Tous les 4000 du coin prennent ces cou­leurs roses puis jaunes, au moment où nous sor­tons sur l’arête sous le pre­mier res­saut. Ce der­nier passe très bien sur le coté est de l’arête. La neige por­tait, nous sommes remon­tés jusqu’au Triftjiplateau (3750m) en 2h00 depuis le bas de l’itinéraire. Depuis le pla­teau, il faut rejoindre, tout à droite, le départ de la face nord pro­pre­ment dite. Un gros cou­loir cen­tral évident saute au yeux. Sauf que, pour rejoindre la rimaye, il faut pas­ser sous les immenses séracs ! Histoire de 10 minutes, mais tota­le­ment expo­sé en cas de chute d’immeuble sor­tant de l’âge de glace, sans l’humour de Blue Sky Studios… Cela dit, le blue sky, pour nous, était pré­sent !

Triftigrat - Breithorn - Rimaye juin 2018La rimaye était déjà en neige molle vers 7h30 ce matin. Le seul pas­sage où elle por­tait moins… dom­mage !

A ce jour, la rimaye est encore agréable, mais elle ne le sera pas encore très longtemps.

Au des­sus de celle-ci, nous avons trou­vé 50 mètres de glace, plus ou moins appa­rente. Ce fût le seul pas­sage ain­si. En tra­ver­sant vers la droite, nous avons rejoint ce cou­loir évident. Remonter ce der­nier, en neige dure, fût une vraie par­tie de plai­sir. Cela jusqu’au som­met…. Le vent froid du nord-est nous a refroi­dit dès 4100 mètres. Premier pas­sage au som­met du Breithorn pour Eliane, c’est classe de réa­li­ser ce som­met de répu­ta­tion facile d’accès par une de ses plus belles voies pos­sibles : le Triftjigrat !

Breithorn Triftigrat sommetEliane, sor­tant de Triftjigrat, heu­reuse au som­met de son pre­mier Breithorn, Bravo !

Que du bon­heur.

Topo C2C