L’homme est un loup pour l’homme, une belle voie qui se déroule dans les contreforts du Grand Darrey au‐dessus du refuge de l’A Neuve.

Voilà bien des années que je vou­lais aller voir cette ligne, ne serait‐ce que pour son nom ! Tout comme, la semaine pas­sé au Triftjigrat, ma patience à été récom­pen­sée. C’est beau de conti­nuer à décou­vrir nos Alpes !

Nous ne sommes pas mon­tés sim­ple­ment au refuge de l’A Neuve. Un vrai détour de 450 mètres d’escalade avant de reprendre le che­min du refuge. Quel détour ? La ter­rasse à Choucas dans le ver­sant nord du pilier de la Maye. Une belle envo­lée très agréable par grosse cani­cule…. Le bon choix jusqu’au moment de reprendre le che­min pour le refuge !

Le four­neau du sen­tier de l’A Neuve don­nait à plein régime… heu­reu­se­ment, les litres d’eau ingur­gi­tés à l’arrivée au refuge auront fini par cal­mer notre soif. Une nuit calme, vu que nous étions trois au refuge ! Martine la gar­dienne, Alain et moi‐même !

L'homme est un loup pour l'homme, vue du refugeAu pas­sage le Dolent et l’arête Gallet vu depuis le refuge.

« L’homme est un loup pour l’homme » une voie ouverte en 1997 par M.Piola et B. Robert a plusieurs mérites :

La proxi­mi­té du refuge, 45 minutes d’approche ! Une orien­ta­tion sud, un beau rocher et quelques belles lon­gueurs, sur­tout celles du haut de la face. Dans les années de l’ouverture, Michel Piola ne gavait pas ses oeuvres de gou­jons… Un peu de recherche d’itinéraire vous sera obli­ga­toire, si vous y allez !

Une voie de 7 lon­gueurs pour 280 mètres. Une des­cente en rap­pel facile avec des cordes de 60 mètres. Un jeu de friends et quelques longues sangles, une dizaine de paires, le maté­riel d’approche ( neige pos­sible ) et le tour est joué ! Allez seule­ment voir si vous pen­sez être le loup d’un de vos proches !

L'homme est un loup pour l'homme, alain en L1Alain découvre le beau gra­nit de cette face.

Topo : L’homme est un loup pour l’homme au Grand Darrey. Maximum 6a+ et 6a obligatoire.

La voie se trouve dans les contre­forts sud du Grand Darrey. Il vous faut rejoindre le bas du cou­loir qui donne accès au col des Essettes (45 min. du refuge).

Repérez, à gauche du cou­loir, une large vire her­beuse qui longe la face sud. Un rocher ten­dance orange‐granit vous confirme que le plai­sir de grim­per est bien là !

Prendre pied sur la vire her­beuse. Il y a plu­sieurs iti­né­raires qui partent de la vire. « L’homme…» est le der­nier à droite en regar­dant la face. Un spit avec 1 maillon rapide montrent le départ.

L1 : Démarrer à froid dans ce pre­mier pas bien dif­fi­cile, vous y êtes… Deux spits vous donnent l’axe de la voie. Puis remon­tez vers un petit sur­plomb, un spit marque le pas­sage de ce der­nier par la droite. La dalle du des­sus est belle et le relai est en vue. / 6a

L2 : Au des­sus du relai, un fin pilier qui va mou­rir dans un petit dévers ( 1 spit ), très beau pas­sage. Puis une sor­tie dans des sys­tèmes de fis­sures… allez savoir lequel il fau­dra prendre ! Toujours est‐il que le relai sera légè­re­ment sur la gauche au pied d’une vire. / 6a

L3 : Du relai, vous trou­vez, sur la droite, cinq mètres plus haut, un pre­mier spit. Puis remon­tez le petit pilier qui abou­tit dans une sec­tion ver­ti­cale. (3 spits). Franchir le res­saut et trou­ver un relai à gauche. / 5c

L'homme est un loup pour l'hommeLe haut de la face, prend le soleil un peu plus tar­di­ve­ment.

L4 : Visez la petite sec­tion de quartz au des­sus de la vire ! Démarrez au pied de celle‐ci et remon­tez, en tirant vers la droite, le dièdre com­po­sé de plu­sieurs feuillets ver­ti­caux. (3 spits). Restez dans le dièdre, même si la per­ceuse à du tom­ber en panne…. Le relai est bien plan­qué 20 mètres au des­sus du der­nier point. Facile et très beau à pro­té­ger. / 5c

L5 : Du relai, si le soleil ne vous aveugle pas, vous ver­rez un point dans la sec­tion ver­ti­cale du dièdre, 15 mètres plus haut. D’ici-là, sor­tez les 1,5 ou 2, placez‐les et faites vous plai­sir, c’est beau ! La sec­tion ver­ti­cale est très bien pro­té­gée (3 spits), la per­ceuse devait avoir retrou­vé vie ! Une très belle sec­tion. / 6a+

L6 : Remontez le mur au des­sus du relai, facile à pro­té­ger. Puis repé­rez une séries de feuillets qui forment un dièdre, il y traîne des spits… Puis une sor­tie hasar­deuse droit au des­sus. Hasardeuse, car sin­cè­re­ment, c’est com­pli­qué d’être cer­tain de l’itinéraire ! Facile à pro­té­ger. Le relai, mal­heu­reu­se­ment est à l’économie… 1 spit et des sangles autour d’une pointe rocheuse. / 6a cor­sé

L7 : Traversez à droite pour rejoindre un pilier. Remontez légè­re­ment sur la droite une sec­tion raide. Revenez vers la gauche sous le som­met. / 5c

Vous y êtes ! Maintenant, les rap­pels….

Topo C2C