La Cresta Signal est l’arête qui sépare le bassin de Macugnaga d’Alagna. Une arête gigantesque que vous abordez vers 3600 mètres au moment d’arriver au bivouac Resegotti.

L’approche depuis Alagna fait 2400 mètres de déni­ve­lés. Une approche qui peut être réa­li­sée en 6 à 7 heures ou en 2 jours avec une halte unique au refuge de Barba Ferrero. Un refuge 4 étoiles qui, à lui seul, mérite la mon­tée depuis Alagna.

Etant don­né que sur notre site vous trou­vez déjà un article sur la Cresta Signal ( Article de l’ascension de fin juillet 2018 ), je pense plu­tôt vous don­ner les deux ou trois com­bines à connaître pour que votre ascen­sion déroule dans les meilleurs condi­tions pos­sibles.

Cresta Signal. bivouac Resegotti

Bivouac Resegotti et Cresta Signal en fin de jour­née.

Logiques d’approche depuis la Suisse Romande ou la France :

Vous rendre à Staffal au fond de la val­lée du Lys et prin­ci­pa­le­ment de Gressoney-la-Trinité. Utilisez les remon­tées méca­niques pour tra­ver­ser sur Alagna. Ce qui vous évi­te­ra 2 heures de voi­ture sup­plé­men­taire pour rejoindre Alagna par la plaine du Pô.

Si vous ne dor­mez pas à Barba Ferrero lors de votre mon­tée au bivouac : Prévoyez d’être à l’ouverture des remon­tées. Le trans­fert en télé­phé­rique sur Alagna dure une heure. Il faut être dans les temps pour la navette entre Alagna et le bout de la route avant le Rifugio Pastore ( 4km.) Les navettes passent toutes les heures pleines. Prendre la navette sur une grand par­king dans le haut du vil­lage à la sor­tie de ce der­nier ( 20min. à pied depuis les ins­tal­la­tions ) 2.50.- Euros / Pers.

Si vous dor­mez à Barba Ferrero : Même exer­cice avec un peu plus de temps ! Partez vers 10h00 de Staffal, pour pro­fi­ter plei­ne­ment de la ter­rasse de Barba Ferrero….

Le sen­tier d’accès au bivouac Resegotti, passe par Barba Ferrero. Numéro 7 sur le ter­rain, il pré­sente aucunes com­pli­ca­tions jusqu’au refuge. Après Barba Ferrero, cela devient plu­tôt une sente, elle démarre juste der­rière le refuge. Elle est bien mar­quée jusqu’au som­met de la moraine. Puis des cairns prennent le relai jusqu’aux dalles gra­ni­tiques. Sur ces der­nières à vous de lou­voyer au mieux. Gardez un oeil sur le haut de l’arête et sur le bivouac, au cas ou des nuages débarquent… Ce qui arrive régu­liè­re­ment depuis le ver­sant de Macugnaga.

Depuis la fin des dalles, remon­tez le gla­cier jusqu’au pied de la pente concave et plus raide qui démarre vers 3400 mètres. Repérer au som­met de celle-ci, vers 3530 mètres, les pre­mières chaînes d’accès au bivouac.

Cresta Signal. section centrale

Vue sur la suite de l’itinéraire… depuis la sor­tie du cou­loir qui évite le pre­mier gen­darme.

Resegotti : Bivouac 3 étoiles. Il y a tout temps (ou presque) du gaz et de la lumière. 12 places, couvertures et deux tables pour manger.

Très confor­table de 2 à 7 per­sonnes, il devient plus exi­guë au delà 8 per­sonnes. Il y à des toi­lettes inté­rieur, mais fer­mez la porte et net­toyez bien après votre pas­sage. Un four­neau à bois existe mais il reste rare­ment de quoi réchauf­fer ses hôtes.

Accès C2C Topo

La Cresta Signal en elle même :

La course, pour une cor­dée rodée à ce genre d’ascension, se réa­lise sans for­cer, en 5 à 6 heures. Ce qui n’oblige pas de départ trop mati­nal. La par­tie « hori­zon­tale » de l’arête peut vrai­ment être par­cou­rue de nuit ou avec les pre­mières lueurs. Partez vers 4h30 du bivouac.

L’arête pro­pose tou­jours un « trot­toir » sur son ver­sant ouest. Ce qui peut sou­vent aider au dépla­ce­ment de la cor­dée. Ce der­nier dis­pa­raît dès que l’itinéraire com­mence à prendre de l’altitude.

Des belles condi­tions per­mettent de reti­rer les cram­pons sur la par­tie infé­rieur de l’ascension, cepen­dant, cette der­nière est faci­le­ment réa­li­sable avec les pointes d’acier sous les pieds…

Le passage du premier gendarme à deux options :

Les deux options se prennent rela­ti­ve­ment haut dans l’ascension du gen­darme. Des vires sur la droite en 3 qui contournent ce der­nier par le ver­sant Macugnaga. Ou un cou­loir ver­sant Alagna, en mixte et une sor­tie dans un mur en 3. Si cette variante vous paraît bonne, n’hésitez pas ! Elle passe très bien et est cer­tai­ne­ment plus rapide !

Au des­sus du gen­darme, vous sor­tez sur un épe­ron. Restez impé­ra­ti­ve­ment sur ce der­nier, le plus haut pos­sible, à gauche en mon­tant, jusque 50 mètres des­sous la « cas­cade de glace ». L’éperon devient plat sur 5 mètres. de ce point, vous tra­ver­se­rez fran­che­ment à droite en vers le dièdre cou­ché. Cette sec­tion est, à mon goût, la plus expo­sée de l’ascension, mais ne dure que très peu de temps.

Cresta Signal. Sortie

Après la tra­ver­sée sur la gauche. La vue sur le mixte de sor­tie. Une cor­dée est enga­gée devant nous.

Repérez impérativement le dièdre couché en 3, rejoindre ce dernier en traversant le couloir issu de la « cascade de glace », sans vous y attardez…. Franchir le dièdre, protections faciles ( Friends 1.5 et 2 )

Reprenez la corde courte à la sor­tie de ce der­nier, pour par­tir 10 mètres sur la droite et remon­tez la pente en mixte au des­sus de vous.

A cette hau­teur à droite, dans la face ver­ti­cale, vous ver­rez LA veine de quartz ! Excellent repaire !

Remontez cette pente jusqu’au bloc ou il traîne deux pitons et une excel­lente ter­rasse à leurs pieds ! Pique-nique 4 étoiles. ( 4300 mètres envi­rons ).

Contournez le bloc ver­sant Alagna, fran­chir le dièdre en 3+, phy­sique, et sor­tir sur une vire pen­chée…. Descendre sur 8 mètres et remon­tez sur la vire au pied de la face raide. Passage déli­cat si il y à du ver­glas. Traverser la vire direc­tion Alagna sur 20 mètres. Repérez une fis­sure et 1 piton. Remontez cette der­nière ( 3+ / 4 ), pos­sible ver­gla­cée ! Protections faciles à poser. Sortir au des­sus du piton et par­tir à gauche pour vous réta­blir sur la vire supé­rieur en tirant tou­jours coté Alagna. ( Logique ) Traversez au bout de la vire, à l’angle, vous trou­vez 1 piton et une cor­de­lette un mètre plus haut.

Cresta Signal. Laurence à la sortie

Laurence sur la sec­tion finale, juste avant le der­nier res­saut en 3+.

Remontez les pentes de mixte au dessus, jusqu’au fil de l’arête. Quelques passages en 3, neige et verglas possibles. Sur l’arête, profitez de l’ambiance…

Suivre cette der­nière, fran­chir un dièdre phy­sique en 3+, puis remon­tez jusqu’au pied du res­saut final. Il passe très bien en son centre sur 10 mètres ( 3+ ) puis tirez à droite, pour rejoindre une plate forme au pied d’une courte tra­ver­sée en neige et d’un ver­rou de 1 mètre en mixte. Franchir ce der­nier et sor­tir sur l’arête som­mi­tale.

Remontez l’arête jusqu’au refuge Margarita… En 20 minutes, vous pas­sez du plus haut ver­sant des Alpes au plus haut refuge des Alpes, une belle per­for­mance…

Profitez, c’est une course unique.

Ce fût mon 4 ème pas­sage et ce serait avec une joie immense que je par­ta­ge­rais à nou­veau, ma corde pour un 5 ou 6 ème pas­sages sur la Cresta Signal. N’hésitez pas !

Cresta Signal. dernier ressaut

Dernier res­saut