Le col du Sanetsch est depuis longtemps une belle destination pour réaliser des longues voies. La plupart des ouvertures dates des années 8090.

Les frères Remy ont pas­sés du temps à tra­cer quelques belles lignes et tra­ver­sées…. Michel Piola à par­ti­ci­pé acti­ve­ment à l’augmentation du choix dans les voies réa­li­sables pour les grim­peurs du Sanetsch.

Silvana dans Pole et Mique.

Un rééquipement pour passablement de lignes à été réalisé dès les années 2000.

Ce qui rend quelques uns de ces joyaux, réel­le­ment plus abor­dables. Les points ajou­tés n’enlèvent que la dan­ge­ro­si­té de cer­taine « ex » chutes pos­sibles, mais nul­le­ment la beau­té des gestes et des iti­né­raires. Tant mieux pour tous.

J’ai pas­sé plu­sieurs jours au col durant l’été. J’ai pu refaire « Follomi », qui repré­sen­tait, pour moi, un sou­ve­nir de 26 ans… La voie à mal­heu­reu­se­ment un peu vieillit avec l’apparition de la patine dans les pas­sages clés. Mais elle reste tou­jours aus­si belle. Sa voi­sine, « La Vita è Bella « dont l’ouverture plus tar­dive, date de l’année 2000 est aus­si inté­res­sante. La com­bi­nai­son de « La Vita è Bella » sur les 6 pre­mières lon­gueurs et de « Follomi » sur les 2 der­nières, offre vrai­ment une esca­lade moti­vante dans le 6b/c maxi­mum.

Silvana sous le pre­mier pas en 6c de » La Vita è Bella « . Le sou­rire avant la sec­tion dure…

Le Sanetsch, c’est un calcaire ultra adhérant ! Du coup, vos pieds seront spécialement sollicités dans les pas durs. L’épiderme de vos doigts, se souviendra parfaitement du nombre de longueurs que vous aurez réalisées…

Dans les belles reprises, nous sommes pas­sés par « Hara qui pleure », tota­le­ment ré-équipée. Un régal dans toutes ses lon­gueurs. Une belle ligne qui ne dépasse jamais le 6a+.
Un petit coup de foudre pour « Pole et Mique « . Un peu plus sou­te­nue que sa voi­sine « Hara.. » et tota­le­ment revi­si­tée pour l’équipement. De ce fait, le 6c s’aborde avec plus de légè­re­té qu’auparavant.

Vue plon­geante depuis la sor­tie de « Follomi ». Silvana dans un magni­fique 6b.

Nous étions que 4 cor­dées aujourd’hui dans tous le sec­teur. Quand nous connais­sons la qua­li­té des iti­né­raires et du rocher, le plai­sir à par­cou­rir ces lignes sommes toutes excep­tion­nelles, je reste éton­né du faible nombre de pré­ten­dants aux plai­sirs ver­ti­caux. Ces der­niers jours étaient excel­lents pour flâ­ner au Sanetsch.

L’auteur sort au relai de l’a­vant der­nière lon­gueur de « Follomi ». Magnifique !