Voici une petite description de la traversée d’une partie du massif des Écrins, en tournoyant autour de son sommet phare : La Meije. Un itinéraire de « ski alpinisme » où le second mot prend tout son sens.

Cet iti­né­raire, que j’ai pu effec­tuer avec mes clients la semaine pas­sée dans des condi­tions de neige et météo­ro­lo­giques fabu­leuses, n’est en fait pas le fameux « le tour de la Meije » à pro­pre­ment par­lé… puisqu’il ne s’agit pas d’une boucle ! Nous avons effec­tué la tra­ver­sée La Grave – Monêtier, en emprun­tant une étape phare du tour de la Meije : le fabu­leux pas­sage au pied de sa face nord et la des­cente du gla­cier de l’Homme. Petit topo jour après jour.

Jour 1 :

Remontées méca­niques de La Grave, Dôme de la Lauze et des­cente plein sud sur le refuge de la Selle. Marielle, la gar­dienne du refuge, nous accueille bien sou­vent en été (l’été pas­sé par exemple)… et nous nous réjouis­sons déjà de lui rendre visite cet été dans son pro­chain « chez soi » : le refuge du Soreiller !

Jour 2 :

Ascension de la Tête Sud du Replat, des­cente sur le refuge du Châteleret et remon­tée (trans­pi­rante!) vers le refuge du Promontoire. Au vu des tem­pé­ra­tures très éle­vées, un départ très tôt est choi­si. Bien nous en a pris : les grandes pentes sous le Col du Replat nous ont offert un ski de prin­temps de rêve. Première des­cente dans ce style de la semaine… de loin pas la der­nière.

Au som­met de la Tête Sud du Replat, avec la Meije en arrière plan.

Frédi, le gar­dien du Refuge du Promontoire, donne à ses hôtes toutes les infor­ma­tions sur les condi­tions du moment autour de la Meije, ain­si que ses conseils avi­sés que nous écou­tons tous avec atten­tion.

Jour 3 :

Promontoire, Brêche de la Meije, Passage du Serret du Savon, refuge de l’Aigle, Glacier de l’Homme et remon­tée au refuge de l’Alpe de Villar-d’Arêne. Quelle ligne ! Technique, variée, un poil com­plexe et sur­tout impres­sion­nante : le pas­sage au pied de la face nord de la Meije et l’interminable des­cente du Glacier de l’Homme, ça claque !

Lever de soleil au pied de la Meije.

L’incroyable fin cou­loir du Serret du Savon !

Le Glacier de l’Homme… juste reve­nu comme il faut !

Jour 4 :

Une ligne tout aus­si variée : Brèche de la Plate des Agneaux, Pic de Neige Cordier, Col Émile Pic et refuge des Écrins. Un départ dans le nuage, sans aucun regel noc­turne nous a fait dou­ter… quelques cen­taines de mètres plus haut, la sor­tie au-dessus de la mer de brouillard effa­ce­ra rapi­de­ment ces doutes. Non mais !

Le cou­loir de mon­tée à la Brêche de la Plate des Agneaux. Saleté de mer de brouillard…!

Jour 5 :

Étape courte, mais si chouette : la sor­tie par le Col de Monêtier. En remon­tant le Glacier Jean Gauthier, on se demande sérieu­se­ment com­ment on va sor­tir de ce val­lon, fer­mé de tous les côtés par des barres rocheuses impo­santes. Mais ça sort !

La vire d’accès au Col de Monêtier.

Au Col de Monêtier. Il nous reste à rejoindre la plaine… skis aux pieds jusqu’à Monêtier ! Vive cet hiver 2018 !

Le mas­sif des Écrins me fait vibrer à chaque fois que je m’y rends : on y vit la mon­tagne avec une cama­ra­de­rie, une liber­té et une pas­sion rare­ment ren­con­trées avec autant de sin­cé­ri­té ailleurs. Merci Séverine, Fabien et Adrien, ain­si qu’à tous les guides, gar­diens et skieurs ren­con­trés cette semaine. Vous avez toutes et tous la classe !